Fil d'actualité de l'ANAH http://www.anah.fr/ fr-FR TYPO3 News Sun, 17 Oct 2021 12:09:23 +0200 Sun, 17 Oct 2021 12:09:23 +0200 TYPO3 EXT:news news-3581 Tue, 05 Oct 2021 16:17:00 +0200 Évaluation de l’aide Habiter Mieux http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/evaluation-de-laide-habiter-mieux/ Une évaluation d’Habiter Mieux, dispositif de rénovation énergétique pour les ménages modestes, a été conduite sur toute l’année 2021. Le point avec Simon Corteville, responsable de la rénovation énergétique et des politiques sociales à l’Anah. Quels sont les principaux résultats à retenir quant aux bénéfices apportés par Habiter Mieux ?

Nous avons une satisfaction très forte sur Habiter Mieux, avec 97% de ménages satisfaits. Le dispositif s’adresse à des personnes modestes, qui ont des difficultés à se chauffer, à payer leurs factures et à financer des travaux. Cette aide permet de concrétiser des projets de rénovation qui n’auraient pas été réalisés par ailleurs : 97% des ménages modestes n’auraient pas pu réaliser leurs travaux sans Habiter Mieux (dont 72% qui n’auraient pu réaliser aucun travaux, et 25% un projet de travaux réduit). Un véritable effet levier donc, qui se retrouve également en termes d’ambition énergétique puisque ces travaux permettent d’atteindre des performances importantes. On est en moyenne autour de 42% de baisse de consommation entre avant et après travaux, ce qui est assez massif d’autant que le dispositif vise les ménages des logements les plus énergivores.

Que retenez-vous de l’importance de l’accompagnement à maîtrise d’ouvrage (AMO), obligatoire pour solliciter Habiter Mieux ?

Les retours sont très positifs puisque la moitié des ménages réalisent des travaux auxquels ils n’avaient pas pensé initialement. Prenons par exemple le cas d’un ménage qui mobilise des aides pour changer simplement ses fenêtres. Avec l’accompagnement, on peut l’amener plus loin dans son programme de travaux, pour réaliser en moyenne 3 à 4 gestes de travaux, grâce à la prise de conscience de l’enjeu de rénovation mais aussi en l’orientant vers les aides dont il n’avait pas forcément connaissance initialement.
Dans un cadre plus large, on a actuellement un enjeu d’élargir l’accompagnement des ménages, notamment suite aux travaux de la Convention Citoyenne pour le Climat. C'est ce que traduit la loi Climat et Résilience : la nécessité d’accompagner plus largement l’ensemble de la population. Et c’est ce que conforte l’étude sur Habiter Mieux. Il s’agit de simplifier les démarches pour encourager le passage à l’acte. Il s’agit aussi d’inciter à plus d’ambition, pour des projets plus performants grâce à toutes les aides existantes, pour rénover globalement son logement.  

Quels sont les grands enseignements à tirer de cette évaluation ?

En politiques publiques, nous avons le devoir de conduire des évaluations des financements apportés. Un point saillant de celle-ci est le rôle important des collectivités locales, certaines s’impliquant très fortement dans le cadre d’Habiter Mieux. 86% des dossiers bénéficient de cofinancements. Les collectivités sont des acteurs clés pour sensibiliser les ménages, par leur proximité et la confiance qu’elles inspirent. Les leviers d’information sur Habiter Mieux sont essentiellement le bouche à oreille et le service public local. Parce que le voisin a réalisé des travaux importants, parce qu’un dispositif a été mis en place sur le territoire, parce que l’information est passée par un guichet du réseau FAIRE... En termes de progrès, l’objectif est d’étudier comment accélérer les rénovations globales en élargissant l’éventail de relais de communication sur Habiter Mieux, en mobilisant davantage les artisans par exemple.

Enfin, nous parlons d’un dispositif qui vise la fin des passoires thermiques chez des ménages aux ressources modestes. Pour ces logements qui nécessitent des travaux très coûteux, il peut arriver que des travaux soient encore nécessaires pour atteindre l’optimum énergétique. La rénovation peut alors se faire en deux ou trois étapes, dans un projet de travaux échelonné.
Avec l’expérience acquise sur ces premières passoires thermiques, l’objectif est maintenant de voir comment transformer l’essai pour atteindre des rénovations performantes sur l’ensemble des logements les plus dégradés.

 

]]>
Propriétaires occupants Propriétaires bailleurs Opérateurs de conseil et d'études Habiter Mieux
news-3578 Thu, 30 Sep 2021 11:56:12 +0200 Visite de la première copropriété rénovée avec MaPrimeRénov’ http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/visite-de-la-premiere-copropriete-renovee-avec-maprimerenov/ Emmanuelle Wargon, Ministre du logement, s’est rendue à Angers le 14 septembre à la résidence Le Brissac. La copropriété fait figure d’exemple en matière de rénovation énergétique puisqu’il s’agit de la première à avoir bénéficié de MaPrimeRénov' Copropriétés. L’occasion de se féliciter de cette rénovation BBC et de partager les pistes d’amélioration du dispositif. Une première très performante

La petite copropriété construite en 1967 selon les normes de l’époque, nécessitait une rénovation urgente de la chaufferie. "L’audit énergétique nous a fait prendre conscience qu’en réalisant une rénovation globale, non seulement nous atteignions un niveau d’économie énergétique élevé, mais en plus, les subventions étaient très importantes, explique René Verstraete, président du conseil syndical. Grâce aux aides, il a été facile de convaincre l’ensemble des propriétaires de se lancer." En plus de MaPrimeRénov’, les copropriétaires ont bénéficié d’une subvention d’Angers Loire Métropole et d’un complément de l’Anah au titre de la rénovation BBC, ce qui a permis de couvrir 55% du coût des travaux. La chaufferie a été remplacée, une ventilation mécanique installée dans les appartements, et les combles isolés. Des travaux hautement performants qui ont fait gagner à la copropriété 3 étiquettes énergétiques.

C’est une réussite dont se réjouit Emmanuelle Wargon, Ministre du logement. "On teste en grandeur réelle et c’est assez émouvant de voir comment des personnes ont pu s’emparer de ce qu’on a imaginé sur le papier quand on a fait les barèmes".

Des échanges concrets pour avancer

Cette visite de la Ministre a été l’occasion d’échanges avec les propriétaires, Valérie Mancret-Taylor, directrice générale de l’Anah, et les nombreux partenaires présents. Ils ont permis de répondre aux craintes et d’envisager certaines pistes d’amélioration, notamment autour de la gestion des avances de fond, de la possibilité de se désengager d’une entreprise ou encore des difficultés en cas d’évolution du régime d’aides pendant les travaux."C’est très utile de discuter avec les propriétaires sur le terrain. Je repars avec une liste de choses à améliorer ou à expertiser pour rendre le système encore plus efficient" a conclu Emmanuelle Wargon.

Un progrès sans précédent pour les copropriétés

L’agglomération d’Angers compte plus de 3 300 copropriétés dont beaucoup datent des années 60-70 et nécessitent une rénovation énergétique lourde. "Jusque-là, il y avait des aides pour les copropriétés dites « fragiles », mais pas pour les copropriétés « passoires énergétiques »" rappelle Marie-Isabelle Lemierre, responsable habitat à la direction départementale des territoires. Pour elle, l’ouverture de MaPrimeRénov’ à toutes les copropriétés était indispensable, d’autant que tous les copropriétaires ne sont pas éligibles aux aides de l’Anah. "En aidant aussi ceux qui ne le sont pas, MaPrimeRénov’ est essentielle pour embarquer toute une copropriété en Assemblée Générale dans un projet de rénovation".

"Aujourd’hui avec MaPrimeRénov’ c’est très simple : une copropriété = un dossier de demande d’aide. C’est un énorme progrès pour la massification des rénovations énergétiques !" résume Emmanuelle Wargon.

 

Retrouvez en vidéo les moments forts de la visite.

]]>
Propriétaires occupants Décideurs publics Pays de la Loire MaPrimeRénov' Traitement des copropriétés fragiles ou en difficulté Rénovation énergétique Emmanuelle Wargon
news-3580 Tue, 28 Sep 2021 14:08:00 +0200 Un partenariat renouvelé avec l’EPA Saint-Étienne http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/un-partenariat-renouvele-avec-lepa-saint-etienne/ Lors du Conseil d’administration de juin dernier, une convention entre l’Anah et l’établissement public d'aménagement de Saint-Étienne (42) a été signée. Les deux structures travaillent déjà ensemble dans le cadre de plusieurs conventions et Opah-RU. Elles renouvellent désormais leur partenariat pour remettre sur le marché des logements de qualité et accessibles aux ménages les plus modestes. Explications. Satisfaction autour du Dispositif Coordonné d’Intervention Immobilière et Foncière (DCIIF) renouvelé

Ce dispositif de rénovation des logements intègre des règles précises à l’issue des travaux : 25 % des logements devront être vendus à des ménages modestes ou très modestes. Pour les autres 75 % des lots, les logements doivent être loués à loyer maîtrisé pendant les 9 ans de conventionnement. Leur vente s’effectue aussi dans une fourchette de prix définie à l’avance. En 2013, une première convention DCIIF avait été signée entre l’Anah et l’EPA Saint-Étienne. Elle a permis de rénover 107 logements en cœur de ville, dans des bâtiments insalubres ou très dégradés. Afin de poursuivre cette dynamique, le partenariat a été reconduit dans le cadre d’une nouvelle convention 2021-2027. Une période qui coïncide pour l’EPA Saint-Étienne avec son nouveau CPER (Contrat de Plan État-Région).

Plus de 100 logements à rénover et plusieurs objectifs  

Au total, le nouveau partenariat concerne 16 immeubles dans l’hyper centre de Saint-Étienne ou à proximité immédiate. Cette convention s’intègre dans un panel d’intervention pour lutter contre la détérioration de certains bâtiments et le taux de vacance encore élevé dans le centre-ville. L’Anah continue ainsi d’être un partenaire incontournable du renouvellement urbain. 116 logements sont concernés par ces rénovations qui portent plusieurs objectifs :
•    une étiquette énergétique minimale C atteinte après travaux (label BBC Rénov) ;
•    l’emploi, lorsque c’est possible, de matériaux biosourcés pour l’isolation, les revêtements ou les menuiseries ;
•    des logements dont la typologie est plus adaptée aux besoins des ménages.

Un investissement soutenu

Par rapport à la précédente convention, ce nouveau volet maintient l’effort de l’Anah en faveur de la rénovation des logements avec des financements de travaux lourds à hauteur de 35 % du montant HT des travaux (et jusqu’à 50 % selon les régimes de droit).

10,45 millions d’euros : le montant estimé des travaux sur 7 ans, dont 2,51 millions subventionnés par l’Anah dans le cadre du DCIIF

Des dispositions innovantes

Des nouveautés ont été intégrées dans la convention 2021-2027. L’EPA Saint-Étienne peut désormais étudier la mise en œuvre de conventions de "location-accession". Autre nouveauté : la possibilité de solliciter un financement de l’Anah pour aménager des locaux collectifs dans les copropriétés. La subvention peut aller jusqu’à 25%, dans la limite de 50 000 € de travaux.

 

En savoir plus sur la transformation en locaux collectifs

 

 

]]>
Décideurs publics Opérateurs de conseil et d'études Saint-Étienne Lutte contre l'habitat indigne
news-3576 Thu, 23 Sep 2021 17:10:00 +0200 Convergence d’énergies à Marmande http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/convergence-denergies-a-marmande/ Le travail partenarial entre la Ville, l’Agglomération et l’Anah, dans le cadre du programme Action Cœur de Ville, a permis de penser les stratégies autour d’une réflexion commune. Un véritable accélérateur au service d’une nouvelle attractivité du cœur de ville. Vers une nouvelle attractivité

Après une première Opah-RU * menée par la commune de Marmande (47), une seconde, lancée en 2018, est portée cette fois par l’Agglomération Val de Garonne. "La première opération a permis de poser les jalons, la seconde va plus loin", explique Elen Kerangoarec, chef de service habitat à l’agglomération. Aujourd’hui, le programme Action Cœur de Ville renforce encore ce binôme entre la Ville et l’Intercommunalité. "Il permet une véritable cohérence entre toutes les politiques publiques du territoire". Afin de se donner toutes les chances d’attirer de nouveaux les habitants vers le centre-ville, la programmation est ambitieuse. Elle vise à améliorer la performance énergétique des logements et leur confort, ou à reconfigurer les surfaces, pour en proposer des plus petites, mieux adaptées aux besoins. Avec toujours en ligne de mire le développement de logements à prix abordable, dans une commune en déficit de logements sociaux au regard de la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain).

Premiers succès du programme incitatif

Après 3 ans d’Opah-RU, de nombreux propriétaires se sont déjà lancés dans un parcours de travaux. "Avec l’Anah, nous sommes vigilants à ce qu’il y ait un niveau qualitatif en sortie de travaux, avec des exigences que n’aurait peut-être pas un bailleur privé classique" estime Elen Kerangoarec. Un projet de division a, par exemple, permis de créer 6 logements en lieu et place d’un ancien commerce, grâce à un double financement Anah-Action Logement. "La mobilisation des financements de l’Anah a convaincu le propriétaire de se lancer, et les aides d’Action Logement lui ont garanti un meilleur retour sur investissement". 

Elargir le spectre des actions

"Désormais, nous allons probablement entrer dans une phase plus complexe, estime Elen Kerangoarec, avec la vacance au-dessus des commerces, des questions d’accessibilité et des propriétaires plus difficiles à convaincre". Fin 2023, une fois l’Opah-RU achevée, un troisième programme devrait poursuivre la dynamique. "Car beaucoup reste à faire. Notamment, pour accompagner les petites copropriétés, souvent non déclarées et peu structurées pour engager des travaux".

 

* Opération programmée de l'amélioration de l'habitat de renouvellement urbain

]]>
Propriétaires occupants Décideurs publics Occitanie Plan Action cœur de ville Opah de renouvellement urbain (Opah-RU) Lutte contre l'habitat indigne
news-3577 Tue, 21 Sep 2021 17:17:00 +0200 Le patrimoine valorisé de Saint-Omer http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/le-patrimoine-valorise-de-saint-omer/ À Saint-Omer, le travail engagé avec l’Anah depuis plusieurs années porte ses fruits. Dans cette cité historique du Pas-de-Calais, valorisation du patrimoine et rénovation du parc privé conjuguent la belle histoire du renouveau. Priorité à l’habitat indigne

L’essentiel du patrimoine bâti de Saint-Omer date des 17e et 18e siècles. Entourée par le marais audomarois, la ville ne dispose d’aucun foncier périphérique pour s’étendre. Elle se bâtit donc sur elle-même depuis des décennies. Ce qui n’est pas sans incidence sur la qualité des bâtiments et leur durabilité. "En 2015, nous avons commandé deux études sur la valorisation du patrimoine et la rénovation du parc privé" relate Vincent Walzak, directeur du pôle habitat au sein de la Communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer. Les résultats incitent alors la collectivité à candidater au classement en Secteur Sauvegardé (loi Malraux) et à l’élaboration du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV).

Puis Saint-Omer s’engage dans un programme opérationnel, à travers une Opah-RU *. "Simultanément, nous avons pu créer une cellule de lutte contre l’habitat indigne, signe d’une volonté affirmée d’agir pour un meilleur habita" note Anaïs Porcheron, chargée de mission des programmes Anah à la direction Habitat.

Une réponse partenariale et globale

Lancée en 2018, l’Opah-RU apporte une réponse complémentaire à toutes les politiques de l’habitat extrêmement volontaristes menées jusqu’alors. "Elle suscite un volet partenarial non négligeable" note Anaïs Porcheron. Le dispositif Action Cœur de Ville est ensuite venu s’ajouter à cette configuration. "Nous faisons face à un taux de logements locatifs très élevé, avec des propriétaires difficiles à mobiliser, beaucoup de vacance structurelle, des indivisions bloquées… Pour avancer, nous sommes lauréats du dispositif Zéro Logement Vacant." Et les résultats sont là : "sur 130 logements, nous avons d’ores et déjà obtenu 25 agréments et 2 déclarations d’utilité publique. 45 à 50 dossiers de demandes de subvention sont en cours de montage. C’est encourageant au regard de la complexité des cas." En parallèle à cette Opah-RU, l’Anah accompagne les 53 communes de l’agglomération afin de lancer un PIG (programme d'intérêt général) multithématique en 2022. De quoi conduire une politique homogène sur l’ensemble du territoire.

Des investisseurs locaux séduits

Avec l’Opah-RU et le soutien de l’Anah, Saint-Omer s’inscrit dans un travail collectif. Le coût des rénovations avoisine les 2 000€ du mètre carré, et peut aller jusqu’à 3 500. "Sans financement de l’Anah et de l’État, nous ne pourrions rien faire". Fière du travail engagé, l’équipe constate avec optimiste que "la majorité des investisseurs et bailleurs qui nous font confiance pour réhabiliter sont des locaux. Leur proximité géographique avec le parc est important, notamment pour son entretien." Charge à la collectivité, désormais, de parvenir à séduire au-delà de l’Aumarois et du Pas-de-Calais pour inciter des promoteurs d’envergure nationale à conjuguer protection du patrimoine et projet qualitatif.

 

*  Opération programmée de l'amélioration de l'habitat de renouvellement urbain

 

]]>
Propriétaires occupants Décideurs publics Hauts-de-France Plan Action cœur de ville Opah de renouvellement urbain (Opah-RU) Programme d'intérêt général (Pig) Lutte contre l'habitat indigne
news-3575 Fri, 17 Sep 2021 11:58:00 +0200 Jean Castex salue le succès de MaPrimeRénov’ et confirme son financement pour 2022 http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/jean-castex-salue-le-succes-de-maprimerenov-et-confirme-son-financement-pour-2022/ Jeudi 16 septembre, Jean Castex, Premier ministre, s’est rendu dans une copropriété en cours de rénovation à Chilly-Mazarin (91) avec Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du logement. L’occasion de revenir sur le succès du dispositif MaPrimeRénov’ et d’annoncer une enveloppe de 2 milliards d’euros supplémentaires en 2022. Confort, économie et écologie : trio gagnant pour MaPrimeRénov’

"Avec l’Anah, nous avons mis en place en 2020 une aide plus puissante, plus simple et accessible à tous pour massifier et accélérer la rénovation énergétique. C’est essentiel pour nos concitoyens, pour leur pouvoir d’achat et pour notre planète", détaille Jean Castex, premier ministre.

À Chilly-Mazarin, les membres du gouvernement et Valérie Mancret-Taylor, directrice générale de l’Anah ont pu échanger avec plusieurs bénéficiaires de MaPrimeRénov’. L’occasion de souligner des gains concrets de confort thermique, ressentis dans le quotidien, et une augmentation du pouvoir d’achat grâce aux économies d’énergie réalisées. Tous insistent aussi sur l’importance de l’accompagnement, par les collectivités, par les espaces FAIRE ou par les professionnels. "Un renforcement de l’accompagnement humain pour bénéficier de MaPrimeRénov’ sur lequel nous travaillons d’ailleurs pour 2022 avec Barbara Pompili, Emmanuelle Wargon et les équipes de l’Anah", précise Jean Castex.

Copropriété du Parc de Gravigny  

Les membres du gouvernement ont visité le chantier de la copropriété du Parc de Gravigny, accompagnés par les acteurs locaux et les habitants. Construite en 1971, elle contient 468 logements, répartis dans 12 bâtiments différents. Les travaux en cours de rénovation concernent notamment les façades avec isolation par l’extérieur, les planchers, l’étanchéité des toits terrasses et la ventilation. Ces travaux devraient permettre un gain énergétique de plus de 35 % et ont été permis par les aides publiques qui couvrent 45 % du montant total des travaux : près de 2 millions d’aides de l’Anah et 1,2 millions par le département et la communauté d’agglomération.

Pour Chantal Juste, présidente du conseil syndical du Parc de Gravigny, et Christian Lamamy, vice-président du conseil syndical du Parc de Gravigny, "les aides publiques viennent vraiment répondre aux enjeux de cette copropriété qui était une passoire thermique. Mais, il nous a fallu convaincre sur le long terme les copropriétaires en communiquant et sensibilisant à partir de bénéfices tangibles : gain économique, confort ou encore rénovation de matériaux."

800 000 dépôts de dossiers en 2021 et 2 milliards d’euros pour 2022

Avec 500 000 dossiers MaPrimeRénov’ déjà déposés en septembre, l’objectif initial fixé par le gouvernement à l’Anah en 2021 est déjà atteint. L’année dernière, ce sont 192 000 dossiers qui avaient été déposés. Pour Jean Castex, "cette révolution fonctionne grâce au soutien du Plan de Relance avec 2 milliards d’euros consacrés. Notre objectif est désormais d’arriver à 800 000 bénéficiaires d’ici fin 2021, ce qui serait absolument inédit et une vraie accélération pour lutter contre les passoires thermiques".

Le Premier ministre a également annoncé que le projet de loi de finances 2022 prévoira 2 milliards d’euros pour MaPrimeRénov’, l’année prochaine. Pour Jean Castex, "nous nous devons de réussir cette indispensable transition écologique, en accompagnant, en aidant et en incitant. C’est une dépense utile car le retour sur investissement est très fort et que nous sommes engagés dans un marathon pour que tous les ménages de France concernés puissent être aidés", ajoute Jean Castex.   

 

En savoir plus sur MaPrimeRénov’ et les aides à la rénovation énergétique

 

Retrouvez en vidéo les moments forts de la journée

]]>
Décideurs publics Jean Castex Île-de-France MaPrimeRénov' France Relance Emmanuelle Wargon Valérie Mancret-Taylor
news-3582 Thu, 16 Sep 2021 11:46:00 +0200 En immersion dans les centres anciens http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/en-immersion-dans-les-centres-anciens/ Les centres anciens concentrent de nombreuses attentes, accrues par les évolutions sociétales actuelles. Comprendre les enjeux de la revitalisation, décrypter les vertus de l’approche intégratrice, imaginer les solutions durables de demain… Le deuxième hors-série des Cahiers de l’Anah propose un tour d’horizon de ce qui se joue dans nos centres. Au cœur des centres villes anciens

Autour d’une mobilisation avant tout partenariale, l’Anah s’engage pour les centres anciens. Pour transformer l’habitat et revitaliser les espaces, répondre aux nouvelles formes d’habiter comme aux enjeux de la transition énergétique. Une intervention qui s’empare inévitablement des sujets de confort, d’offre de logements adaptés et abordables, de dynamisme et d’aménités urbaines.

 

Au fil de ce numéro, retrouvez 3 grandes séquences :

 

  • Comprendre :

- Un entretien exclusif avec le sociologue Jean Viard sur les phénomènes qui ont conduit à la désertification;

- Un tour d’horizon chez nos voisins européens ;

- Des éclairages de l’ANCT (Agence Nationale de la Cohésion des Territoires), du réseau SCET (Société Centrale pour l’Équipement du Territoire), du PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture) et d’architectes de Nancy.

  • Revitaliser :

- Un entretien avec le Directeur du Programme Action Cœur de Ville, Rollon Mouchel-Blaisot autour d’un premier bilan du dispositif ;

- Des éclairages de la Banque des Territoires, du Cerema et de France Tiers Lieux, pour identifier la place des commerces, des espaces publics et des tiers-lieux dans la revitalisation ;

- Un focus sur 3 territoires (Marmande, Lodève et Saint-Omer).

  • Réhabiliter :

- Un entretien qui met en évidence les vertus de l’approche intégratrice pour mieux intervenir en centre ancien ;

- Plusieurs décryptages sur la question patrimoniale, récurrente en centre ancien, pour  comprendre comment transition, rénovation et préservation du passé peuvent se conjuguer ;

- Un focus sur 3 territoires (Rennes, Château-Thierry et Mane).
 

Retrouvez ici la version digitale enrichie de ce hors-série des Cahiers de l’Anah

 

]]>
Cahiers de l'Anah Plan Action cœur de ville Rénovation des quartiers anciens
news-3570 Tue, 27 Jul 2021 15:16:00 +0200 À Sevran et Saint-Étienne, accélérer l’intervention sur les copropriétés http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/a-sevran-et-saint-etienne-accelerer-lintervention-sur-les-coproprietes/ Depuis 20 ans, l’Anah se mobilise pour les copropriétés, au côté des territoires. En 2018, le Plan Initiative Copropriétés (PIC) était lancé avec un engagement de 2 milliards d’euros sur 10 ans. L’occasion d’accélérer et de renforcer l’action, grâce à de nouvelles méthodes d’intervention, des aides et partenariats renforcés. Immersion dans deux sites nationaux et régionaux du Plan. Sevran : de la préfiguration du plan à l’effet levier

Depuis 15 ans, Sevran (93) intervient sur ses copropriétés, en couplant notamment l’intervention sur le parc social et le parc privé. De premières Opah-CD (opération programmée d’amélioration de l’habitat copropriétés dégradées) ont porté sur 18 copropriétés, ainsi qu’un Plan de Sauvegarde. "Les acteurs publics se sont engagés en tant que préfigurateur et site national du Plan Initiative Copropriétés avec 13 autres villes. L’occasion de renforcer la volonté de requalification du parc d’habitat privé, pour trouver une nouvelle attractivité", souligne Chloé Henry, adjointe au chef du bureau intervention en habitat privé, à l’unité DRIHL de Seine-Saint-Denis.

De premiers résultats positifs

Au total, depuis 2004, 1 667 sur 2 650 logements de copropriétés en difficulté, sont ou ont été suivis dans le cadre de dispositifs publics à Sevran. La mise en action des premières mesures du PIC, telles que la bonification des aides, a déjà permis de réduire significativement les restes-à-charge des copropriétaires modestes et très modestes. Certaines copropriétés se mobilisent aussi pour des travaux de performance énergétique, visant même parfois le label BBC (Bâtiment Basse Consommation). Forte de cette expérience, l’intervention publique sur les copropriétés sera étendue à d’autres sites de la ville et du territoire, y compris dans les autres communes de l’intercommunalité.

Saint-Étienne, une multiplicité d’intervention pour les copropriétés

À Saint-Etienne, des enjeux forts existent sur la dégradation des copropriétés. "En tant que site régional du Plan Initiative Copropriétés, nous bénéficions du rôle de facilitateur de l’Anah et de la mobilisation des partenaires. L’objectif premier est de montrer concrètement les problématiques pour que les collectivités locales puissent s’en saisir", détaille Fabrice Rivat, chef de la cellule amélioration de l’habitat privé à la direction départementale des territoires (DDT) de la Loire.

De premiers résultats tangibles

Parmi les aides du PIC, la bonification travaux et l’aide à la gestion urbaine sont notamment en cours de mobilisation à Saint-Etienne. Elles viennent amplifier des actions déjà engagées depuis les années 2000, dans le cadre de VOC *, de Popac ** et d’Opah-CD. Grâce au PIC, la recherche de montage financier auprès de l’ensemble des partenaires va également être facilitée. Un enjeu particulièrement important dans la Loire pour trouver des financements sur-mesure, en fonction de chaque quartier et copropriétés.

"Deux ans après le lancement du Plan Initiative Copropriétés, il faut se féliciter de l’engagement des territoires et partenaires pour prévenir, redresser et transformer. Entrée depuis l’année dernière en phase opérationnelle, le PIC double ses moyens et objectifs, grâce aux crédits France Relance. Son articulation avec MaPrimeRénov’ Copropriétés va également permettre de créer une dynamique forte en faveur de la rénovation énergétique des copropriétés."
Sébastien Catté-Wagner, directeur du programme "Plan national de traitement des copropriétés fragiles et en difficulté" à l’Anah.

 

* Veille et observation des copropriétés
** Programme opérationnel de prévention et d’accompagnement des copropriétés.

 

 

]]>
Décideurs publics Opérateurs de conseil et d'études Entreprises du bâtiment Île-de-France Auvergne-Rhône-Alpes Plan Initiative Copropriétés Traitement des copropriétés fragiles ou en difficulté
news-3568 Fri, 09 Jul 2021 11:25:02 +0200 2e bilan trimestriel MaPrimeRénov’ : plus de 380 000 dossiers déposés en 2021 http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/2e-bilan-trimestriel-maprimerenov-plus-de-380-000-dossiers-deposes-en-2021/ Lancée le 1er janvier 2020, MaPrimeRénov’ est devenue la principale aide de l’Etat à la rénovation énergétique des logements. D’abord réservée aux ménages les plus modestes, elle est depuis janvier 2021, avec le soutien des crédits France Relance, ouverte à tous les propriétaires, quels que soient leurs revenus, qu’ils soient occupants ou bailleurs, ainsi qu’à tous les copropriétaires. Depuis le 1er juillet, les propriétaires bailleurs peuvent également demander leur aide. A la fin du 2e trimestre 2021, plus de 380 000 dossiers ont été déposés et plus de 862M€ de primes validés

 

MaPrimeRénov’ connait une très forte dynamique qui ne faiblit pas. 382 442 demandes ont déjà été déposées depuis le début de l’année, 195 000 l’ont été au 2e trimestre contre 185 000 au 1e trimestre 2021. Avec un délai moyen de réponse de 11,5 jours ouvrés, 297 003 dossiers ont été acceptés, pour un montant total de 862 millions d’euros de primes.

 

MaPrimeRénov’ est ensuite versée à l’issue des travaux. 184 215 demandes de paiement ont ainsi été reçues et près de 146 124 ont été payées.

 

88% des bénéficiaires sont satisfaits de MaPrimeRénov’, 69% d’entre eux n’auraient pas fait réaliser ces travaux sans cette aide

 

MaPrimeRénov’ permet de financer les travaux d’isolation (murs, planchers, combles,

fenêtres), de chauffage, de ventilation ou d’audit énergétique. Parmi les travaux les plus sollicités le changement de système de chauffage (64%), suivi des travaux d’isolation (32%). Les autres travaux (ventilation, audit, etc.) et l’assistance à maîtrise d’ouvrage représente 4% des demandes.

 

A l’issue de ces travaux, 97% des bénéficiaires sont satisfaits du confort de leur logement.

 

63% des dossiers déposés concernent des ménages aux revenus modestes et très modestes

 

Les ménages modestes et très modestes restent les principaux bénéficiaires de MaPrimeRénov’, avec 63% des dossiers déposés depuis le début de l’année. MaPrimeRénov’ rencontre également un fort succès auprès des ménages aux revenus intermédiaires (33%). 

 

 

De nouveaux objectifs et un budget en hausse

 

Devant le succès de MaPrimeRénov’, le gouvernement a fixé de nouveaux objectifs à l’Anah avec 700 000 à 800 000 primes distribuées en 2021, contre 500 000 initialement prévues. Par ailleurs, le budget prévisionnel alloués à MaPrimeRénov’ a été augmenté à 2,4 milliards d’euros, contre 1,7 milliards en début d’année, afin de répondre à l’engouement des Français pour la rénovation énergétique.

 

Retrouvez le bilan complet du 2e trimestre 2021 de MaPrimeRénov’

]]>
Propriétaires occupants Propriétaires bailleurs MaPrimeRénov' France Relance Rénovation énergétique
news-3567 Thu, 01 Jul 2021 17:54:00 +0200 MaPrimeRénov’ accessible aux propriétaires bailleurs ! http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/maprimerenov-accessible-aux-proprietaires-bailleurs/ Les propriétaires bailleurs peuvent désormais bénéficier de l’aide MaPrimeRénov’ pour financer des travaux de rénovation énergétique dans leurs logements mis en location. Les bénéfices ? Valoriser leur patrimoine locatif tout en réduisant la consommation énergétique de leur locataire et ainsi augmenter leurs chances de louer leur bien. MaPrimeRénov’ désormais accessible aux propriétaires bailleurs  

Depuis le 1er juillet, l’aide MaPrimeRénov’ est accessible à tous les propriétaires, quels que soient leurs revenus. Ils peuvent bénéficier de cette aide pour réaliser des travaux de rénovation énergétique de leurs logements mis en location.

Quel est le principe de MaPrimeRénov’ ?

MaPrimeRénov’, c’est l’aide de l’État ouverte à tous les propriétaires pour financer les projets de rénovation énergétique. Elle concerne une liste de travaux et d’équipements parmi les catégories suivantes :

  • Isolation
  • Chauffage
  • Ventilation
  • Rénovation globale
  • Diagnostic et audit énergétique

Les bénéficiaires bailleurs peuvent bénéficier d’une aide forfaitaire par poste de travaux réalisés. Le forfait est ajusté en fonction des niveaux de ressources des propriétaires et du gain écologique apportés par les travaux réalisés. 

Avec MaPrimeRénov’, le montant de l’aide est connu à l’avance. La prime est versée par virement après les travaux, sur présentation de la facture.

En savoir plus sur : maprimerenov.gouv.fr

Quelles sont les conditions d’éligibilité ?

Les propriétaires bailleurs peuvent bénéficier de MaPrimeRénov’ pour rénover jusqu’à trois logements locatifs que cela soit en maison individuelle ou sur les parties privatives d’un appartement. Pour cela, ils doivent s’engager à :

  • louer le logement rénové à titre de résidence principale pour une durée minimale de 5 ans ;  
  • en cas de réévaluation du loyer, déduire l’aide perçue du montant des travaux justifiant la réévaluation.

Retrouvez toutes les conditions ici sur anah.fr  

]]>
Propriétaires bailleurs MaPrimeRénov' Développement d’un parc privé à vocation sociale Rénovation énergétique
news-3563 Thu, 01 Jul 2021 09:38:16 +0200 MaPrimeRénov’ : ouverture aux propriétaires bailleurs http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/maprimerenov-ouverture-aux-proprietaires-bailleurs/ Aujourd’hui, MaPrimeRénov’ devient accessible aux propriétaires bailleurs, qui vont pouvoir déposer leur demande d’aides pour tous les travaux éligibles réalisés depuis le 1e octobre 2020. Inscrite dans le cadre de France Relance, cette ouverture de MaPrimeRénov’ aux propriétaires bailleurs vise à poursuivre les efforts pour la rénovation du parc privé de logements avec un objectif de 50 000 demandes d’aides en 2021. Lutter contre les passoires thermiques dans le parc locatif privé : un enjeu majeur

La rénovation énergétique des 8 millions de logements du parc locatif privé, parmi lesquels 1,5 millions sont considérés comme énergivores, constitue un enjeu majeur dans la lutte contre la précarité énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique. Le projet de loi Climat et Résilience envisage d’ailleurs d’accélérer le calendrier d’interdiction à la location des passoires thermiques à l’horizon 2028.

Avec MaPrimeRénov’, les propriétaires ont donc l’opportunité d’engager des travaux de rénovation énergétique, qui leur permettront de réduire la consommation énergétique de leur logement, valoriser leur bien et faciliter sa mise en location.

Les propriétaires bailleurs peuvent déposer leur dossier

A partir d’aujourd’hui, les propriétaires bailleurs deviennent donc éligibles aux mêmes forfaits d’aides que les propriétaires occupants, dans les mêmes conditions de revenus. Ils peuvent bénéficier de MaPrimeRénov’ pour rénover jusqu’à trois logements locatifs que cela soit en maison individuelle ou sur les parties privatives d’un appartement. Pour cela, ils doivent s’engager à louer le logement rénové pour une durée minimal de 5 ans et, en cas de réévaluation du loyer, déduire l’aide qu’ils ont perçue du montant des travaux justifiant la réévaluation.

Pour les travaux dans les parties communes dans une copropriété, les propriétaires bailleurs peuvent déjà bénéficier de MaPrimeRénov’ Copropriétés, via leur syndicat de copropriétaires. Depuis son lancement le 1er janvier 2021, MaPrimeRénov’ rencontre un véritable succès auprès des Français, plus de 350 000 demandes ont été déposées en 2021.

]]>
MaPrimeRénov' France Relance
news-3571 Wed, 30 Jun 2021 16:05:00 +0200 Vers l’usage collectif d’un rez-de-chaussée vacant http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/vers-lusage-collectif-dun-rez-de-chaussee-vacant/ L’Anah finance aujourd’hui la possibilité de réinvestir un ancien local commercial en pied des immeubles pour un usage réservé aux copropriétaires. Comment acquérir ce lot privatif vacant pour le transformer en un lieu d’usages partagés entre tous les copropriétaires ? Conditions et étapes… La désertification des centres dans les petites et villes moyennes est constatée un peu partout en France. Une situation qui a vu s’installer conjointement vacance de logements, désaffection des commerces et hémorragie démographique. Afin de redonner vie à ces centres, il est désormais possible, pour une copropriété, de transformer ces locaux vacants de rez-de-chaussée pour un nouvel usage.

Sortir du cadre

Comment un commerce de rez-de-chaussée désert, qui nuit inévitablement à l’image de l’immeuble, peut aussi se révéler une opportunité pour redynamiser la façade, la rue, le quartier ? Comment accompagner la revitalisation ? Accompagner les territoires et les habitants pour innover ? Dans les 222 villes du programme Action Cœur de Ville, et/ou en Opah-RU (opération programmée d’amélioration de l’habitat de renouvellement urbain), une expérimentation dérogatoire est en cours, pour permettre à une copropriété de transformer le local anciennement commerçant de rez-de-chaussée pour un usage collectif à inventer en commun. Un local à poussettes ou vélos ? Une buanderie qui libère de l’espace dans les appartements ? Un bureau partagé voire un appartement pour les invités des copropriétaires ? C’est désormais possible avec une mobilisation des aides de l’Anah.

Des aides ciblées pour la transformation d’usage

L’Anah peut financer les travaux entrepris par les copropriétaires à hauteur de 25% du montant des travaux, dans une limite de 50 000 euros par local (pour les dépenses de maîtrise d’œuvre, de diagnostics techniques et de coordination). Il est également possible d’obtenir un financement complémentaire des expertises (géomètres, expertises techniques et juridiques) à hauteur de 50%, dans la limite d’un plafond de dépenses de 150 000 euros.

Les étapes clés pour réussir son projet

  • Préparer minutieusement son projet avec les copropriétaires : études, conseils juridiques, budget…
  • Faire voter l’acquisition en Assemblée Générale et acter la vente chez le notaire
  • Solliciter une subvention de l’Anah pour les travaux de réhabilitation
  • Adopter un nouveau règlement intérieur pour le fonctionnement de ce nouvel espace collectif

Avec cette solution, l’Anah s’engage encore davantage dans l’accompagnement des propriétaires privés, pour faciliter les initiatives au sein des copropriétés. Elle se donne l’opportunité de répondre aux besoins des territoires en créant de nouveaux dispositifs expérimentaux. Ceux-ci sont abondés par les collectivités qui souhaitent les mettre en œuvre, en accord avec les priorités de l’Agence concernant l’amélioration du parc privé de logements et la revitalisation des centres anciens.

 

]]>
Décideurs publics Opérateurs de conseil et d'études Rénovation des quartiers anciens Traitement des copropriétés fragiles ou en difficulté
news-3569 Thu, 24 Jun 2021 14:59:00 +0200 Adaptation des logements à l'autonomie : les territoires à l’œuvre http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/adaptation-des-logements-a-lautonomie-les-territoires-a-loeuvre/ En régie directe ou par l’intermédiaire d’un prestataire externe, les territoires organisent des parcours adaptés et efficients pour accompagner les personnes en perte d’autonomie dans le réaménagement de leur logement. De Lorient au Département de l’Ain en passant par celui de la Haute-Marne, focus sur les dispositifs à l’œuvre. Lorient, une régie directe pour accompagner et rassurer

À Lorient, c’est un guichet unique de Lorient Agglomération qui planifie et déploie le service : définition précise des besoins, visite gratuite d’un ergothérapeute, compte-rendu détaillé des aménagements à prévoir, assistance pour le dossier en ligne, demande de subvention. Le parcours accompagné s’achève avec le contrôle des équipements après travaux pour s’assurer de la conformité, notamment des normes pour les personnes à mobilité réduite (PMR). Reste aux bénéficiaires à réaliser les demandes de devis avant intervention. Le service habitat contrôle alors le devis pour s’assurer qu’il respecte les exigences et normes définies par l’Anah et les contraintes techniques. Virginie Le Texier, conseillère en économie sociale et familiale à Lorient Agglomération explique que "les personnes ont souvent besoin d’être rassurées et c’est normal. Il faut accepter de redéfinir son lieu de vie, laisser des artisans venir chez soi. Nous les soutenons beaucoup sur cet aspect de la proximité et du lien." En moyenne, le service Habitat instruit 70 dossiers chaque année.

Dans l’Ain, une gestion exemplaire de l’urgence

"Le maintien à domicile a toujours été la priorité du volet habitat sur le parc privé", témoigne Pierre Useo, responsable du service logement au Conseil Départemental de l’Ain, délégataire des aides à la pierre depuis 2006. Dans le cadre de son PIG (programme d'intérêt général) 2018-2021, et des Opah (opérations programmées d'amélioration de l'habitat) en cours, le Département a confié l’accompagnement aux opérateurs Soliha et Urbanis. Une mécanique vertueuse qui a permis de traiter 299 dossiers en 2020, démontrant une capacité à gérer l’urgence en des temps exemplaires, à la suite d’une hospitalisation ou d’un accident grave, par exemple. Le Département s’est en effet donné les moyens de déclencher des travaux sans attendre que les dossiers soient déposés afin de pouvoir réaliser des aménagements, parfois en moins de 15 jours. "Notre système permet d’anticiper le retour à domicile dans des délais très courts, détaille Perrine Merle, chargée du suivi des différents programmes sur l’habitat privé au Conseil Départemental de l’Ain." Un cas d’urgence ? Vérification de l’éligibilité du demandeur + alerte de l’opérateur avec travaux prévus = Accord par retour de mail et accélération de la procédure. En moyenne, hors procédures d’urgence, l’ensemble d’un dossier d’adaptation d’un logement se termine en 2 à 3 mois.

En Haute-Marne, un PIG dédié

Après des premiers résultats encourageants (156 dossiers accompagnés sur 2017-2019), le PIG Habitat Adapté et Autonomie a été renouvelé sur 2020-2022, avec un objectif de 300 dossiers. Et la volonté de mener de front prévention et adaptation des logements. Dans cette optique, le bus Autonomie se révèle un parfait ambassadeur du PIG. Il sillonne les routes du département et s’installe à la demande afin de présenter aménagements et financements possibles... Pour gérer les dossiers et les travaux, la collectivité a fait appel à Soliha 52. Une fois le montage financier validé, le propriétaire passe commande auprès des artisans, réceptionne le chantier et établit l’attestation de service fait, en lien avec Soliha 52. Autre atout du PIG Habitat Adapté et Autonomie : la possibilité de solliciter un ergothérapeute pour les dossiers complexes, grâce à une convention passée avec le CICAT (centre d’information et de conseil sur les aides techniques), basé au centre hospitalier de Bourbonne-les-Bains. Le résultat de la convergence de tous ces acteurs en faveur de l’autonomie ? 1,6 million d’euros de travaux financés sur 2017-2019, dont 562 000 euros subventionnés par l’Anah.       

             

Lire l'article complet dans les derniers Cahiers de l'Anah

 

]]>
Propriétaires occupants Décideurs publics Grand-Est Bretagne Auvergne-Rhône-Alpes Adaptation du logement au handicap Adaptation du logement au vieillissement
news-3558 Thu, 17 Jun 2021 12:26:00 +0200 Découvrez en ligne notre rapport d’activité 2020 http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/decouvrez-en-ligne-notre-rapport-dactivite-2020/ En 2020, l’Anah a connu un niveau d’activité exceptionnel. Au total, 1,42 milliard d’euros d’aides ont été mobilisées pour l’amélioration du logement. Un engagement inédit, malgré la situation sanitaire, et au service de tous : particuliers et territoires. En 2020, une forte dynamique pour aider les particuliers  

Le 16 juin, le Conseil d’administration de l’Anah a adopté le rapport d’activité 2020. Celui-ci témoigne du fort dynamisme de l’année dernière, avec 247 323 logements rénovés et 3,2 milliards d’euros de travaux générés, participant ainsi au soutien et à la relance de l’économie, et permis la création ou la préservation de 50 500 emplois.

2020 a par ailleurs été l’année d’une grande adaptation et agilité pour répondre aux défis de la crise sanitaire. Dans ce contexte, l’ensemble des programmes se sont poursuivis et certains ont été créés, preuve d’une efficacité au service du public. Parmi les chiffres clés de l’Anah :

  • 141 143 logements rénovés, grâce à MaPrimeRénov’, la nouvelle aide à la rénovation énergétique qui a trouvé son public ;
  • 24 230 logements rénovés en copropriétés à l’heure où le plan Initiative Copropriétés est entré en phase très opérationnelle, deux ans après son lancement ;
  • 2,7 millions de visites sur anah.fr et 4,2 millions sur maprimerenov.gouv.fr, preuve de la poursuite de l’amélioration du service aux usagers par la transformation digitale et la simplification des aides.

Un engagement encore amplifié en faveur des territoires

Comme chaque année, l’Agence s’est aussi mobilisée pour lutter contre l’habitat indigne, agir au cœur des villes (avec Action Cœur de Ville et Petites Villes de Demain), accompagner la perte d’autonomie et humaniser les structures d’hébergement. L’Anah travaille de façon étroite avec les territoires pour permettre une action forte sur l’habitat privé :

  • 7 000 sollicitations en 2020, auprès des conseillers en stratégie territoriales de l’Anah ;
  • 812 programmes sur l’ensemble du territoire, dont 533 Opah (opération programmée d'amélioration de l'habitat), pour apporter une réponse sur-mesure ;
  • 183 territoires de gestion, dont 109 collectivités délégataires ;
  • 80,6 millions d’euros pour soutenir l’ingénierie des collectivités territoriales.

-> Consultez ici l’intégralité du rapport d’activité 2020 de l’Anah

 

 

]]>
Décideurs publics Conseil d'administration de l'Anah Rapports d'activité
news-3560 Wed, 16 Jun 2021 18:00:00 +0200 Le budget de l’Anah en hausse pour être au rendez-vous du succès de MaPrimeRénov’ et des besoins des territoires http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/le-budget-de-lanah-en-hausse-pour-etre-au-rendez-vous-du-succes-de-maprimerenov-et-des-besoins-des-territoires/ A l’occasion de son Conseil d’administration, l’Anah a adopté un budget rectificatif afin de prévoir les moyens financier suffisant pour répondre au succès MaPrimeRénov’. Par ailleurs, l’Agence a prévu des moyens supplémentaires pour accompagner certains territoires dans leur politique de rénovation du parc privé. 2,4 milliards de crédits pour MaPrimeRénov’
 

Depuis son lancement en 2020, MaPrimeRénov’ rencontre un succès croissant. Plus de 300 000 dossiers ont déjà été déposés depuis le début de l’année, pour un objectif initial de 400 à 500 000 primes distribuées pour 2021. Abondé par le plan de Relance, le budget prévisionnel alloué à MaPrimerénov’ cette année est ainsi porté de 1,7 à 2,4 milliards d’euros afin d’être au rendez-vous de l’engouement des Français pour la rénovation énergétique. Ce nouveau budget permettra de financer des objectifs revus à la hausse, entre 700 à 800 000 primes distribuées.
 

Par ailleurs, conformément aux engagements pris par le Gouvernement, les propriétaires bailleurs pourront déposer leur demande MaPrimeRénov’ pour la rénovation de leur logement locatif au 1e juillet 2021.

 

Des moyens renforcés pour les Outre-Mer et Saint-Etienne
 

Le conseil d’administration a également adopté deux délibérations pour améliorer l’accompagnement de certains territoires en faveur de la rénovation de leurs centres anciens. En Martinique, Guyane et à la Réunion, engagés dans des opérations de renouvellements urbains complexes, le financement exceptionnel de plusieurs chefs de projet permettra de piloter et coordonner la forte dynamique de réhabilitation du parc privé.
 

Pour la ville de Saint-Etienne, l’Anah a renouvelé sa convention de partenariat avec l’établissement public d’aménagement (EPASE) afin de prolonger l’accompagnement dans ses projets de requalification du territoire stéphanois, portant notamment sur les immeubles dégradés du centre-ancien et permettant la création de logements abordables en centre-ville.

]]>
Conseil d'administration de l'Anah MaPrimeRénov' France Relance Budget
news-3559 Fri, 11 Jun 2021 14:45:00 +0200 Les Cahiers de l’Anah n°159 et… bien plus ! http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/les-cahiers-de-lanah-n159-et-bien-plus/ Engagement en faveur des copropriétés, adaptation des logements pour l’autonomie, revitalisation des centres-villes, perspectives de MaPrimeRénov’, 50 ans de l’Anah… Le dernier numéro des Cahiers de l’Anah décrypte, analyse et rend compte de ce qui fait l’actualité de l’habitat. Les copropriétés, au cœur de ce numéro

En 2021, le plan Initiative Copropriétés, piloté par l’Anah, a deux ans d’existence. L’engagement de l’Agence pour les copropriétés se concrétise grâce à diverses approches : aides financières, dispositifs innovants, soutien aux territoires. Avec un leitmotiv : prévenir, transformer, redresser.

Au fil de ce numéro, retrouvez aussi d’autres thématiques d’intervention de l’Anah :   

  • la rénovation énergétique, avec MaPrimeRénov’ et une évaluation des aides financières ;
  • l’autonomie, avec un reportage dans 3 territoires qui œuvrent pour adapter les logements ;
  • la revitalisation des centres-villes, avec un reportage sur l’intervention à Bastia en secteur Action Cœur de Ville ;
  • la vocation sociale dans la réhabilitation, à travers la maîtrise d’ouvrage d’insertion ;
  • une interview d’Olivier Bouba-Olga pour valoriser l’expérimentation et la collaboration entre les politiques publiques.

Inédit : une version digitale enrichie avec vidéos et podcast…

Pour la première fois, les  Cahiers de l’Anah n°159 sont à retrouver dans une version en ligne, animée autour de contenus exclusifs.

À retrouver notamment :

  • 1 podcast sur l'accompagnement en copropriété à Toulouse,
  •  1 vidéo d’une interview croisée de Sébastien Wagner et Sylvaine Le Garrec, experts en copropriétés
  • des contenus animés pour valoriser certaines thématiques.

Découvrez ici  la version animée des Cahiers de l’Anah n°159

 

]]>
Propriétaires occupants Propriétaires bailleurs Décideurs publics Cahiers de l'Anah MaPrimeRénov' Plan Initiative Copropriétés France Relance Traitement des copropriétés fragiles ou en difficulté Thierry Repentin
news-3551 Thu, 20 May 2021 16:10:00 +0200 280 000 dossiers MaPrimeRénov’ déposés et 88% de bénéficiaires satisfaits ! http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/280-000-dossiers-maprimerenov-deposes-et-88-de-beneficiaires-satisfaits/ Depuis janvier 2021 et grâce à France Relance, MaPrimeRénov’ est accessible à tous les copropriétaires et propriétaires : occupants ou bailleurs. Depuis le début de l'année, la principale aide de l’État pour la rénovation énergétique des logements connaît un véritable succès... Une forte dynamique pour MaPrimeRénov’ : 317 millions d’euros engagés

Depuis le début de l'année, près de 280 000 dossiers de demandes d’aides ont été déposés par des propriétaires ou copropriétaires. C’est plus de la moitié de l’objectif fixé pour 2021 : 500 000. Face à cet engouement, l’Anah et les services de l’État se sont mobilisés pour répondre aux demandes. À ce jour, 116 899 demandes ont déjà été acceptées, après un délai moyen d’instruction de seulement 17 jours ouvrés. Cela représente plus de 317 millions d’euros d’aides pour les particuliers. De nombreux travaux ont d’ailleurs déjà pu être réalisés et près d’un tiers des dossiers acceptés ont été payés.

88% des bénéficiaires satisfaits de MaPrimeRénov'

Initialement réservée aux ménages les plus fragiles, MaPrimeRénov’ est désormais accessible à tous. Mais, les ménages modestes et très modestes sont restés les principaux bénéficiaires, avec 59% des dossiers déposés depuis le début de l’année. MaPrimeRénov’ rencontre également un fort succès auprès des ménages aux revenus intermédiaires (36%). Ce succès est confirmé par une enquête de satisfaction* réalisée par IPSOS auprès des bénéficiaires, qui montre que 88% sont satisfaits de MaPrimeRénov’. Ils sont ainsi une très large majorité à être satisfaits des délais de traitement des dossiers (82%) et du montant de l’aide accordé (87%).

Améliorer rapidement le confort des logements

MaPrimeRénov’ permet de financer les travaux d’isolation (murs, planchers, combles, fenêtres), de chauffage, de ventilation ou d’audit énergétique. L’aide répond à un véritable besoin d’amélioration du confort des logements et de réduction de la facture énergétique des Français. Sur l’ensemble des dossiers MaPrimeRénov’ déposés au 1er trimestre 2021, plus de 55 % des travaux concernent le chauffage. Un succès croissant qui donne aussi une place importante aux rénovations énergétiques ambitieuses, avec par exemple 34% des aides qui concernent l’isolation des logements et de plus en plus de dossiers concernant des rénovations globales.

 

* Sondage IPSOS, L’opinion des usagers sur le dispositif MaPrimeRénov’, réalisé du 27 avril au 4 mai, auprès de 13 590 personnes bénéficiaires de MaPrimeRénov’, interrogées en ligne après envoi. 

]]>
Propriétaires occupants Propriétaires bailleurs MaPrimeRénov' Rénovation énergétique
news-3557 Wed, 19 May 2021 12:23:14 +0200 MaPrimeRénov’ : 280 000 dossiers déposés en 2021 et 88% des bénéficiaires satisfaits http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/maprimerenov-280-000-dossiers-deposes-en-2021-et-88-des-beneficiaires-satisfaits/ Depuis son lancement, MaPrimeRénov’ connaît un fort succès auprès des Français. Ainsi, près de 280 000 dossiers MaPrimeRénov’ ont été déposés depuis le début de l’année. C’est plus de la moitié de l’objectif fixé pour 2021 (500 000). Ce succès est confirmé par une enquête de satisfaction1, réalisée par IPSOS auprès des bénéficiaires, qui montre que 88% sont satisfaits de MaPrimeRénov’. Ils sont ainsi une très large majorité à être satisfaits des délais de traitement des dossiers (82%) et du montant de l’aide accordé (87%).

 

Surtout, cette enquête confirme l’utilité de MaPrimeRénov’ pour accélérer la rénovation énergétique des logements en France, et ainsi réussir la transition écologique de notre pays, puisque 69% de ménages n’auraient pas entrepris de travaux sans cette aide.

 

Les bénéficiaires jugent d’ailleurs très positivement les travaux réalisés puisque grâce à MaPrimeRénov’, 95% sont satisfaits du rapport qualité prix des travaux et 97% des estiment que leur logement est désormais plus confortable.

 

Retrouvez l’intégralité de l’enquête de satisfaction MaPrimeRénov' (mai 2021).

 

1Sondage IPSOS, L’opinion des usagers sur le dispositif MaPrimeRénov’, réalisé du 27 avril au 4 mai, auprès de 13 590 personnes bénéficiaires de MaPrimeRénov’, interrogées en ligne après envoi d’un courriel d’invitation.

]]>
Propriétaires occupants Propriétaires bailleurs MaPrimeRénov' France Relance
news-3483 Tue, 11 May 2021 21:22:00 +0200 Trophée des communes pour la rénovation énergétique : lancement de la 2e édition http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/trophee-des-communes-pour-la-renovation-energetique-lancement-de-la-2e-edition/ La deuxième édition du Trophée des communes pour la rénovation énergétique a été lancée. L’Anah est partenaire de ce concours, qui tient à récompenser les collectivités d’Ile-de-France engagées sur leur territoire. Encourager la rénovation énergétique au niveau local

À l’heure où le secteur du bâtiment représente 48% des émissions franciliennes de gaz à effet de serre, la rénovation énergétique constitue un enjeu majeur. Au niveau écologique, économique et social, il s’agit donc d’encourager les bonnes pratiques qui participent à améliorer le confort thermique des habitants et à rendre le patrimoine des communes plus sobre et attractif. En créant de l’emploi local, ces initiatives contribuent également au développement économique des collectivités.

Récompenser les communes exemplaires

Le concours est ouvert à toutes les communes et intercommunalités d’Ile-de-France. L’appel à projet de la 2e édition du Trophée a été lancé le 16 mars, la clôture des candidatures se fera le 18 mai. 

Si la cérémonie de remise des trophées de la 1ère édition a été entièrement virtuelle, celle de la seconde édition devrait avoir lieu lors du prochain Salon de l’AMIF programmé les 30 juin et 1er juillet prochains si les conditions sanitaires le permettent, ou en visioconférence.

Lors de la première édition, le jury avait qualifié les communes lauréates de "catalyseurs de changement" tant leurs projets étaient ambitieux et reproductibles.

Pour cette édition 2021, il tiendra également compte de l’exemplarité des projets de rénovation, de la stratégie en matière de rénovation, et de la mise en place d’actions de sensibilisation, d’outils financiers et d’accompagnement.

Pour répondre à l’appel à candidature : https://fr.surveymonkey.com/r/N5F2ZSP

 

]]>
Décideurs publics Île-de-France Rénovation énergétique
news-3549 Fri, 30 Apr 2021 11:53:59 +0200 La revitalisation réussie du centre-ville de Bastia http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/la-revitalisation-reussie-du-centre-ville-de-bastia/ Depuis plus de 30 ans, l’Anah intervient aux côtés de la ville de Bastia pour améliorer l’habitat ancien. Plusieurs opérations programmées sont aujourd’hui complétées par le programme Action Cœur de Ville, notamment pour l’identification des copropriétés en situation de fragilité. Reportage autour de la place Vattalapesca, dans le centre-ville historique de Bastia. Plusieurs dispositifs pour une rénovation en centre-ancien

En centre-ville de Bastia, certains immeubles privés n’avaient pas connu de rénovation depuis leur construction dans la tradition gênoise, il y a deux voire trois siècles. Des investissements publics importants ont permis, dès 2021, de transformer les logements et les bâtiments. Plusieurs dispositifs sont en place :

  • des interventions RHI (Résorption de l’habitat insalubre),
  • le programme national Action Cœur de Ville,
  • deux Opah (opération programmée d’amélioration de l’habitat) sur la période 2020-2024 : une Opah-RU (renouvellement urbain) et une Opah-CD (copropriétés dégradées)

La présence de deux Opah a permis, après analyse de leurs situations foncières, de leur complexité et des diagnostics multi-critères, d’utiliser les financements les plus pertinents selon les logements. À Bastia, l’intervention publique a bénéficié à de nombreux ménages aux ressources modestes ou très modestes. Certains propriétaires bailleurs se sont aussi engagés sur des loyers maîtrisés, ce qui permet de maintenir les habitants dans le quartier et de le rendre attractif.

28,3 millions d’euros d’opérations prévues dans le cadre de ces deux Opah, dont 12,1 millions de subventions de l’Anah.

L’importance du partenariat au service de la rénovation 

Pour Véronique Vancoillie, responsable du service réhabilitation du centre ancien à la Ville de Bastia, "l’une des grandes réussites des différentes opérations est le travail partenarial entre la Ville, la DDT-M (Direction départementale des territoires et de la mer) Corse, l’opérateur Urbanis, les syndicats de copropriétaires et les entreprises du bâtiment". Cette collaboration a aussi permis de constituer un réseau d’entreprises et de partenaires, dans lequel chacun est monté progressivement en compétence. Un architecte conseil des différentes Opah est également le garant de la cohérence d’ensemble des travaux, des rénovations et du respect des prescriptions architecturales, en lien avec le patrimoine.

Une nécessaire sensibilisation des propriétaires

Pour parvenir progressivement à une rénovation globale de l’habitat en centre-ancien, les acteurs locaux ont sensibilisé régulièrement les propriétaires. Des réunions de copropriétés ont eu lieu dans chaque immeuble, afin d’informer sur les droits et devoirs, ainsi que pour sensibiliser sur les projets possibles et le patrimoine architectural. L’architecte conseil des Opah a également eu un rôle pour expliquer les aides financières possibles et accompagner le montage des dossiers, par des visites de logement. "Aujourd’hui, le fruit de 20 ans de travail est particulièrement visible sur les façades mais aussi dans les logements des propriétaires concernés pour leur confort et leur facture d’énergie", souligne Véronique Vancoillie.

 

]]>
Propriétaires occupants Propriétaires bailleurs Décideurs publics Corse Plan Action cœur de ville Opah copropriétés dégradées (Opah-CD) Opah de renouvellement urbain (Opah-RU) Opérations programmées Développement d’un parc privé à vocation sociale Lutte contre l'habitat indigne
news-3547 Mon, 26 Apr 2021 11:25:37 +0200 MaPrimeRénov : plus de 185 000 dossiers déposés au 1er trimestre 2021 http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/maprimerenov-plus-de-185-000-dossiers-deposes-au-1er-trimestre-2021/ 55% des travaux concernent le chauffage, et 59% des dossiers sont déposés par les ménages aux revenus modestes et très modestes. Lancée le 1er janvier 2020, MaPrimeRénov’ est devenue la principale aide de l’Etat à la rénovation énergétique des logements. D’abord réservée aux ménages les plus modestes, elle est depuis janvier 2021, et grâce à France Relance, ouverte à tous les propriétaires, quels que soient leurs revenus, qu’ils soient occupants ou bailleurs, ainsi qu’à tous les copropriétaires.

 

A la fin du 1er trimestre 2021, plus de 185 000 dossiers déposés et plus de 317M€ de primes engagés

 

Grâce à l’ouverte à tous les propriétaires occupants, MaPrimeRénov’ connait une très forte dynamique. Plus de 185 000 demandes ont déjà été déposées en trois mois, soit presque autant que sur l’année 2020 (191 690).

Après un délai moyen d’instruction de 17 jours ouvrés, 116 899 dossiers ont été acceptés, pour un montant total de 317,4 millions d’euros de primes.

MaPrimeRénov’ est ensuite versée à l’issue des travaux, 79 019 demandes de paiement ont ainsi été reçues et près de 58 000 ont été payées.

 

55% des travaux concernent le système de chauffage

 

MaPrimeRénov’ permet de financer les travaux d’isolation (murs, planchers, combles, fenêtres), de chauffage, de ventilation ou d’audit énergétique. Parmi les travaux les plus sollicités le changement de système de chauffage (55%), suivi des travaux d’isolation (34%). Un forfait d’assistance à maitrise d’ouvrage (AMO) est également demandé (8%), celui-ci permet d’accompagner et conseiller les ménages pour la réalisation de ces rénovations plus ambitieuses.

 

59% des dossiers déposés concernent des ménages modestes et très modestes

 

Initialement réservée aux ménages les plus fragiles, MaPrimeRénov’ est désormais accessible à tous les propriétaires occupants, quels que soient leurs revenus. Pour autant, les ménages modestes et très modestes restent les principaux bénéficiaires, avec 59% des dossiers déposés depuis le début de l’année. MaPrimeRénov’ rencontre également un fort succès auprès des ménages intermédiaires (36%). 

Par ailleurs, les régions Hauts de France, Auvergne Rhône Alpes et Ile-de-France sont les régions où le plus de dossiers ont été déposés.

 

Retrouvez le bilan complet du 1e trimestre 2020 de MaPrimeRénov

 

 

Emmanuelle Wargon : « Cette aide a trouvé son public ; elle répond à un vrai besoin comme en témoigne son succès croissant et je m’en réjouis. Les Français prennent résolument  le chemin de la rénovation énergétique de leur logement. Nous les y avons encouragés avec MaPrimeRénov’ et le plan de relance. »

]]>
France Relance
news-3552 Fri, 23 Apr 2021 16:38:00 +0200 Mieux intervenir sur l’habitat en Outre-mer http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/mieux-intervenir-sur-lhabitat-en-outre-mer/ L’Anah, le Ministère chargé du logement et le Ministère des Outre-mer viennent de signer une convention de partenariat. L’objectif ? Répondre aux besoins importants de rénovation de l’habitat dans les territoires d’Outre-mer et coordonner l’ensemble des acteurs dans le cadre du Plan logement Outre-mer II du Gouvernement de 2019. Explications. Augmenter l’intervention en Outre-mer, un impératif

Dans les 5 Départements-Régions françaises d’Outre-mer dans lesquels l’Anah intervient, près de 650 000 logements privés permettent de loger 85% de la population. Le taux d’insalubrité de l’habitat est trois fois plus élevé qu’en métropole et 61% des locataires du secteur privé sont des locataires modestes. Pour rénover l’habitat, l’Anah, le Ministère du logement et le Ministère de l’Outre-mer ont signé une convention de partenariat. "Avec la montée en puissance des programmes nationaux (Action Cœur de Ville, Petites Villes de Demain, NPNRU et plan Logement d’abord) et leur effet levier, nous devions clarifier l’articulation entre les financements et communiquer pour mieux faire connaître les outils et les aides disponibles", détaille Céline Cassourret, conseillère en stratégies territoriales Outre-mer, à l’Anah.

Une convention issue du Plan logement Outre-mer II

En novembre 2019, un second plan gouvernemental a introduit  77 mesures en faveur du logement en Outre-mer. L’une d’elles prévoyait la mise en place d’une convention pluriannuelle de partenariat. Suite à un diagnostic, cette convention décline plusieurs objectifs :  

  • Consolider les connaissances ;
  • Construire des stratégies d’actions partagées pour agir sur les sites identifiés comme prioritaires et dynamiser le déploiement d’opérations programmées ;
  • Former et informer par des actions d’animation et de formation auprès du réseau d’acteurs (flyers, club Habitat, séminaires, tables-rondes sur les financements avec les DGTM - Direction Générale des Territoires et de la Mer -, etc) ;
  • Suivre évaluer et contrôler en organisant un suivi et une évaluation partagées des interventions.

La convention est commune à l’ensemble des territoires d’Outre-mer mais des spécificités d’intervention existent. "Des opérations programmées d’amélioration de l’habitat sont d’ores et déjà déployées dans les Antilles et la Guyane et de beaux projets de réhabilitation voient le jour. La mise en place de l’ingénierie est le sujet principal à Mayotte tandis que La Réunion commence à se concentrer sur la rénovation énergétique. En Guyane et à Mayotte se développent des interventions intégrant l’auto-réhabilitation accompagnée, pour répondre aux besoins de certains quartiers et villages", détaille Céline Cassourret.

Des résultats déjà très positifs

Avant la signature de la convention en 2021, un premier plan d’action annuel a pu être mis en place en 2020. Pour Céline Cassourret, "ce plan d’action a permis de partager les connaissances entre les acteurs et de les aider à monter en compétence. C’est aussi un succès car la consommation du budget Anah pour l’Outre-mer a augmenté de 50% l’année dernière, par rapport à 2019. La dynamique concerne pour l’instant les aides à l’ingénierie mais devrait se traduire prochainement par une augmentation des rénovations engagées". Les efforts vont aussi progressivement se tourner vers la rénovation énergétique, avec les aides de l'Anah, notamment MaPrimeRénov’.

]]>
Décideurs publics Rénovation énergétique Autres travaux de rénovation Lutte contre l'habitat indigne
news-3548 Wed, 07 Apr 2021 15:24:00 +0200 Ivry-sur-Seine : favoriser l'autonomie et le partage http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/ivry-sur-seine-favoriser-lautonomie-et-le-partage/ Le centre Babinski a ouvert à Ivry-sur-Seine dans un bâtiment rénové grâce aux aides de l’Anah. Découverte de ce centre d’hébergement, qui favorise autonomie et partage. Des aménagements apportant sécurité et intimité

Dans un bâtiment inutilisé de l’hôpital Charles Foix, d’importants travaux de rénovation ont permis à deux centres d’hébergement de venir s’installer. Géré par le Samu Social de Paris, Babinski propose 190 places depuis mars 2019.
Dans chacune des chambres, salle de bain et toilettes ont été aménagés. Le nombre de lits est modulable rapidement, pour les familles par exemple. Hormis pour ce public, les chambres pour une ou deux personnes sont privilégiées, pour plus de sécurité, de confort et d’intimité. Un système de fermeture par cartes a d’ailleurs été mis en place, ainsi que des armoires à clés. "La sécurité est une question centrale pour la confiance, et tout a été mis aux normes PMR. C’était indispensable au vu de notre public" estime Quentin Le Maguer, responsable du centre.

Un accompagnement renforcé

Babinski intègre aujourd’hui 3 services différents : 28 places en lits d’accueil médicalisés, 42 places en lit halte soin/santé pour des soins à moyen ou court terme, et 120 places d’hébergement d’urgence pour des femmes isolées et des familles.
Parmi les soignants : des médecins, des infirmiers et des aides-soignants, tous en mesure de gérer des pathologies lourdes. Travailleurs sociaux, moniteurs et éducateurs proposent un accompagnement social sur le long terme, avec des activités adaptées aux publics de chacun des services. "Nous avons vraiment à cœur d’emmener chacun des résidents vers l’autonomie". Ce sont ainsi près de 80 personnes qui œuvrent quotidiennement pour la réinsertion des 188 résidents.

Un centre tourné vers l’extérieur

Pour favoriser les échanges, les services sont décloisonnés. Tous partagent des lieux communs tels que la restauration collective, la buanderie et un grand jardin de 4 000 m² avec un potager, des bancs et un terrain de pétanque. Les équipes privilégient aussi l’ouverture à l’extérieur, en organisant des sorties culturels (visite du Louvre, médiathèque…) ou des cours de français en dehors du centre. "Être tourné vers l’extérieur est primordial pour que les personnes hébergées puissent réintégrer le mieux et le plus vite possible la société".

"Humaniser le centre, c’est garantir les droits de la personne et faciliter un lien positif de chacun avec l’institution" conclu Quentin Le Maguer. Un succès pour ce projet d’ampleur, qui a bénéficié de 2 millions d’euros d’aides de l’Anah, soit 32% du montant total des travaux.  

 

]]>
Opérateurs de conseil et d'études Île-de-France Humanisation des centres d’hébergement
news-3550 Tue, 06 Apr 2021 11:56:00 +0200 Un dispositif pour faciliter les rénovations énergétiques des petites copropriétés http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/un-dispositif-pour-faciliter-les-renovations-energetiques-des-petites-coproprietes/ Pour engager sa copropriété dans une démarche de rénovation énergétique, l’Anah propose le programme "Engager la transition énergétique dans l’habitat collectif privé" (ETEHC), destiné aux petites copropriétés. Explications des bénéfices potentiels, avec Alexandre Saby, chargé de mission Action Cœur de Ville à l’Anah. Prévenir pour déclencher l’intervention

En nombre de copropriétés privées, près de la moitié ont moins de 10 lots en France. Le programme ETEHC permet aux collectivités territoriales de réaliser une première approche des travaux de rénovation énergétique pour ces petites copropriétés. L’approche préventive a pour objectif d’agir avant que la copropriété ne bascule dans une spirale de dégradation. "C’est un vrai déclic qui va aider à la décision et faciliter l’intervention sur ces types de copropriétés, même lorsqu’elles ne sont pas identifiées comme fragiles ou dégradées", détaille Alexandre Saby.

Pour les collectivités territoriales qui ont déjà des programmes sur les copropriétés, tel qu’un Popac*, ETEHC permet d’accentuer l’identification des petites copropriétés.

Former, informer, accompagner et capitaliser

ETEHC facilite l’engagement dans des travaux de rénovation énergétique grâce à plusieurs axes :

  • sessions d’information et de sensibilisation ;
  • actions de formation à la conduite de projets de rénovation énergétique ;
  • création à venir de documents et ressources pour capitaliser et valoriser les retours d’expérience.

Le programme vise aussi à offrir un accompagnement sur-mesure des copropriétés ciblées. "Un soutien peut être proposé, via l’opérateur, sur les volets techniques, sociaux ou encore de gouvernance. Par exemple, ETEHC permet de définir les travaux efficaces sur le plan énergétique et de les accompagner en levant tous les freins qui peuvent exister", rappelle Alexandre Saby.



ETEHC : qu’est-ce que c’est ?
Le programme a été désigné lauréat d’un appel à programmes CEE (certificats d’économies d’énergie), lancé en 2018 par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Il cible les petites copropriétés en quartiers anciens ou de la reconstruction à faible performance énergétique mais ne pouvant être qualifiées de "fragiles" ou "en difficulté", au regard des critères du règlement général de l’Anah.
 
 

* Programme opérationnel de prévention et d'accompagnement en copropriétés
 

]]>
Décideurs publics Opérateurs de conseil et d'études Traitement des copropriétés fragiles ou en difficulté Rénovation énergétique
news-3544 Fri, 19 Mar 2021 14:57:00 +0100 Favoriser l’autonomie à Quiberon http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/favoriser-lautonomie-a-quiberon/ Grâce aux subventions de l’Anah, la communauté de communes d’Auray Quiberon Terres Atlantique instruit 50 dossiers d’aide à l’autonomie par an. Explications avec Anaïs Dupré, coordinatrice de la plate-forme locale de rénovation de l’habitat à la Maison du Logement. Sur ce territoire de 24 communes et 86 000 habitants, situé à l’Ouest de la France, 76 % des occupants du parc privé sont propriétaires, dont 90 % d’habitants en maison individuelle. Le phénomène de vieillissement est plus rapide que sur le reste du département. Les adaptations du logement et l’accompagnement par l’Anah se justifient donc pleinement. En effet, 2/3 des propriétaires sont éligibles aux aides de l’Anah et 38 % d’entre eux ont plus de 75 ans.

Un guichet unique d’accompagnement

Face à ce constat, la Communauté de communes Auray Quiberon Terres Atlantiques a souhaité mettre en place un accompagnement, et a remporté un appel à projets en 2015, devenant ainsi lauréat d’une plate-forme de rénovation habitat. Financée par Aloen (Agence locale de l’énergie et du climat de Bretagne Sud), la Région et l’Anah, cette plateforme est aujourd’hui clairement identifiée comme la porte d’entrée sur toutes les questions de rénovation du logement, dont l'adaptation au vieillissement, comme le confirme Anaïs Dupré. "Nous sommes le guichet unique d’accompagnement des ménages pour tout ce qui concerne le logement et l’habitat : l’accession, la location, les travaux, la construction. Nous leur donnons un premier niveau d’informations. Depuis sa création, plus de 10 500 ménages ont été accompagnés par la Maison du Logement, dont 5500 projets d’amélioration du logement. Cela représente plus de 10 000 appels et 3000 passages de public.

Une équipe dédiée au projet

Le volet Adaptation occupe une place centrale du PIG (programme d’intérêt général), lancé en 2016 et reconduit sur la période 2020-2022 avec deux objectifs affirmés : la rénovation énergétique et l’adaptation du logement à l’autonomie. "Nous montons les dossiers en interne, en régie directe, détaille la coordinatrice de la plateforme locale de rénovation de l’habitat à la Maison du Logement. L’équipe est dimensionnée pour cela et nous n’avons pas recours à un opérateur extérieur. Nous assurons un accompagnement complet, en passant des commandes auprès d’un ergothérapeute privé qui visite le domicile, identifie les besoins et établit le rapport d’autonomie."

Ensuite, le rendez-vous est pris avec une conseillère pour :

  • définir les aides financières auxquelles les propriétaires ont droit,
  • analyser les devis reçus,
  • donner des conseils techniques et des informations sur les équipements.

" Enfin, nous montons le dossier de demande de subventions, puis à la fin des travaux nous récupérons les factures pour solder le dossier de subventions."

S’assurer de la capacité financière

Le montant moyen des travaux ? 8 782 euros. Grâce aux aides de l’Anah, du Conseil départemental et de la Carsat, le reste à charge pour le particulier excède rarement 20 %. "Les travaux les plus fréquents concernent des monte-escaliers, l’accessibilité extérieure ou encore l’adaptation d’une salle de bains" détaille Anaïs Dupré, pour qui la force du dispositif réside dans la capacité de la structure à s’assurer que la personne est bien accompagnée. "C’est-à-dire qu’elle aura la capacité financière mais aussi celle de rassembler les devis, d’accepter les travaux et le dérangement inhérent. Nous sommes sur un public fragile, qu’il convient d’écouter et d’encadrer au mieux. Nous mettons tout en œuvre pour nous assurer de la solidité financière avant d’instruire le dossier" conclut Anaïs Dupré

L’équipe de suivi-animation poursuit également un objectif de simplification des démarches pour le public âgé. À ce titre, le partenariat mis en place avec la Carsat est poursuivi sur 2020-22. Grâce à la convention Habitat et Cadre de Vie, Auray Quiberon Terre Atlantique assure, via la Maison du Logement, le montage de la demande de subvention et l’accompagnement des ménages bénéficiaires de l’aide Habitat et Cadre de vie de la Carsat.

 

]]>
Propriétaires occupants Bretagne Adaptation du logement au handicap Adaptation du logement au vieillissement
news-3540 Thu, 11 Mar 2021 11:26:00 +0100 Un financement exceptionnel pour les copropriétés de Grigny 2 http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/un-financement-exceptionnel-pour-les-coproprietes-de-grigny-2/ Financer à 100 % TTC les travaux d’urgence des copropriétés de Grigny 2 (Essonne). C’est ce que Jean Castex, Premier ministre, a annoncé le 29 janvier dernier. Dans le cadre de France Relance, l’objectif est d’accélérer la mise en sécurité et l’amélioration du cadre de vie des habitants. Le Conseil d’administration de l’Anah vient d’adopter ce financement complémentaire. Amplifier les actions existantes

"L’extrême difficulté de ces copropriétés nécessite une action rapide et massive. Il en va de la sécurité immédiate et de la qualité de vie de plus de 17 000 habitants, dont une part importante vit sous le seuil de pauvreté", explique Sébastien Catté-Wagner, directeur du programme Plan national de traitement des copropriétés fragiles et en difficulté à l’Anah.
Face à l’urgence des travaux, l’Anah a ajouté aux financements existants pour les copropriétés en Orcod-IN* un financement complémentaire exceptionnel. Pour Sébastien Catté-Wagner, "l’enjeu est de compenser les difficultés rencontrées par les 27 syndicats secondaires de copropriétaires, sur les restes à charge après travaux. 100 % TTC des travaux d’urgence sont donc désormais financés et de nouvelles dépenses sont éligibles."

Intervenir rapidement avec des mesures adaptées à la situation de Grigny 2

Pour une partie des 5 000 logements des copropriétés de Grigny 2, des travaux d’urgence vont débuter prochainement : 2 copropriétés en avril puis 6 en juin et 8 autres d’ici fin 2021. Les travaux sur l’ensemble des copropriétés devront tous être lancés avant le 31 décembre 2022. Plusieurs évolutions ont également été décidées par l’Anah pour inciter les syndicats de copropriétaires à engager rapidement des travaux :

  • de nouveaux travaux sont éligibles aux financements d’urgence, tels que les locaux poubelles, l’étanchéité des balcons ou encore la mise en sécurité des chantiers ;
  • certains frais peuvent également être subventionnés tels que l’assurance dommage ouvrage ou les honoraires d’assistance à maîtrise d’ouvrage ;
  • l’avance maximale de la subvention passe à 70 % du montant prévisionnel total, dans la limite d’1 millions d’euros.

Du point de vue des territoires

Les travaux d’urgence sur l’habitat s’articulent avec un projet urbain en cours d’étude et qui sera acté d’ici juin 2021. L’Anah s’engage aussi sur cette intervention depuis plusieurs années. C’est par exemple le cas des 3,4 millions d’euros d’aide à la gestion urbaine et sociale du parc privé, en 2019-2020.  

 

Eric Jalon, préfet de l'Essonne
"Face à l’urgence que constituait la réalisation de ces travaux pour la sécurité des habitants de Grigny 2, les mesures exceptionnelles annoncées par le Premier ministre lors du comité interministériel des villes sont un marqueur fort de l’engagement de l’État en faveur de Grigny 2. L’intervention renforcée de l’Anah permettra un démarrage rapide de ces travaux tant attendus. Que les équipes de l’Anah, et avec elles l’ensemble des acteurs et partenaires qui œuvrent au quotidien pour le redressement de la copropriété, en soient remerciés. Nous avançons ! "

Philippe Rio, Maire de Grigny
"Avec le financement à 100% TTC par l’État des travaux d’urgence, c’est un bol d’air exceptionnel et unique en France qui vient d’être apporté aux copropriétaires de Grigny 2.  La situation sociale et le niveau d’endettement des copropriétaires rendaient impossibles ces travaux, sans ces 7 millions d'euros supplémentaires. Cette Opération d’Intérêt National qu’est le redressement de la copropriété de Grigny 2 a pris plus que jamais tout son sens avec cet acte fort de solidarité nationale."

 

 

 

 

* Opération de requalification des copropriétés dégradées d'intérêt national

 

]]>
Décideurs publics Île-de-France Plan Initiative Copropriétés Opération de requalification des copropriétés dégradées (Orcod)
news-3537 Wed, 10 Mar 2021 17:00:00 +0100 Financement des travaux d’urgence à Grigny (copropriété de Grigny 2) : l’Anah vote une aide supplémentaire et exceptionnelle de 7 m€ portant à 44,5 m€ le montant total d’aide aux travaux d’urgence http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/financement-des-travaux-durgence-a-grigny-copropriete-de-grigny-2-lanah-vote-une-aide-supplementaire-et-exceptionnelle-de-7-meur-portant-a-445-meur-le-montant-total-daide-aux-travaux-durgence/ Emmanuelle Wargon se félicite du vote du Conseil d’administration de l’Anah qui a adopté la délibération permettant de financer à 100% TTC les travaux d’urgence de l’ensemble de la copropriété de Grigny 2. Ce vote concrétise l’engagement pris par le Premier Ministre lors du Comité interministériel des villes, le 29 janvier 2021, pour que les travaux puissent commencer au plus vite. 44,5 millions d’aide aux travaux d’urgence pour Grigny 2
 

La copropriété de Grigny 2, construite à la fin des années 60, est la 2e plus grande copropriété d’Europe. Composée de 104 immeubles, elle regroupe 5000 logements hébergeant 17 000 habitants. La copropriété connaît des difficultés importantes dues à la grande précarité de ses occupants : 45% des habitants de Grigny 2 vivent sous le seuil de pauvreté et le revenu  moyen imposable est de 9 000€.
 

Depuis 2001, 3 plans de sauvegarde se sont succédé. En 2016, l’Orcod-IN de Grigny 2 est lancée et l’EPFIF est chargé de coordonner et mettre en œuvre le plan de requalification de cet ensemble urbain. Depuis 2018, Grigny 2 fait partie des 14 sites en suivi national dans le cadre du Plan Initiative Copropriétés piloté par l’Anah. A ce titre, elle bénéficie d’un accompagnement et de moyens complémentaires pour conduire cette requalification urbaine et immobilière de grande ampleur :

  • Financement de l’ingénierie du plan de sauvegarde de la copropriété,
  • Financement des travaux d’individualisation de l’eau et du chauffage
  • Aide à la gestion dans le cadre de la scission et la liquidation du syndicat principal
  • Financement de l’amélioration des instances de gestion des syndicats secondaires
  • Financement de l’aide à la gestion urbaine et sociale.
     

Ainsi, depuis  2018, Grigny 2 bénéficie du soutien de l’Anah pour le financement à 100% HT des travaux d’urgence.
 

Cependant, compte tenu des difficultés des copropriétaires à mobiliser les ressources nécessaires pour financer les reste à charge (1 500€/logement) et de la situation financière des collectivités de Grigny et de Grand Paris Sud, le Premier Ministre a annoncé, lors du Comité interministériel des Villes du 29 janvier 2021, la prise en charge à 100% TTC des travaux afin d’assurer dans les meilleurs délais la sécurité et la santé des occupants.
 

Voté ce jour par le Conseil d’Administration de l’Anah, le financement à 100 % TTC représente une enveloppe supplémentaire de 7 M€, portant le financement total des travaux d’urgence à 44,5 M€. Ces travaux concernent la mise en sécurité des occupants avec la réfection des espaces bâtis extérieurs, la rénovation des parties communes et des réseaux de services des copropriétés. Les travaux pourront commencer dès le mois d’avril pour 3 copropriétés et s’étendront à l’ensemble des copropriétés d’ici octobre 2022.

 

Emmanuelle Wargon, Ministre déléguée en charge du Logement : « Le Premier Ministre avait assuré, lors de sa visite sur place en janvier dernier, le soutien plein et entier de l’Etat pour aider Grigny. La sécurité des habitants ne pouvait attendre, et je me réjouis de la mise en œuvre rapide de cet engagement avec ce financement complémentaire des travaux d’urgence accordé par l’Anah. Je salue la mobilisation des élus, des services de l’Etat et des équipes de l’Anah qui va permettre aux habitants de Grigny 2 de vivre plus sereinement chez eux. »

 

Thierry Repentin, Président du Conseil d’administration de l’Anah : « Face à l’urgence sociale et sanitaire des copropriétés de Grigny 2, le Conseil d’administration a voté une aide exceptionnelle pour un site qui l’est tout autant. Les 7 millions supplémentaires accordés à Grigny 2, soit un total de 44,5M€ d’aides pour les travaux d’urgence, vont permettre de débuter dès le mois d’avril les travaux, sans reste à charge pour les habitants. L’Anah, qui pilote le plan Initiative Copropriétés, est mobilisée pour accompagner les territoires et financer la rénovation des copropriétés dégradées. »

]]>
news-3541 Mon, 08 Mar 2021 12:51:00 +0100 Agir sur les copropriétés à Toulouse http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/agir-sur-les-coproprietes-a-toulouse/ Toulouse Métropole et l’Anah font preuve d’une intervention historique en matière d’amélioration du parc de copropriétés. Comment redresser durablement les copropriétés fragiles ? Quels leviers pour agir avant que les difficultés ne surviennent ? Panorama des outils mis en œuvre atour de trois axes : veille, prévention et redressement. Un observatoire pour coordonner les actions

Sur le territoire de Toulouse Métropole, une copropriété sur trois est très dégradée, avec des copropriétaires qui ne peuvent assumer les coûts de réhabilitation. "Lors des premières réflexions sur le nouveau programme de renouvellement urbain, il est apparu primordial de mieux connaître le parc privé des quartiers prioritaires, pour articuler les actions", explique Aurélie Sebot, chef de projet Plan Initiative Copropriétés.

Depuis 2016, Toulouse Métropole dispose d’un observatoire multicritères des copropriétés sur les quartiers prioritaires, subventionné par l’Anah au titre de la VOC (Veille et observatoire des copropriétés). Cette veille permet de territorialiser les politiques d’intervention au regard de la réalité du territoire. "Avec deux préoccupations majeures : la lutte contre le logement indigne et la liaison entre les deux grandes agences que sont l’Anru* et l’Anah", rappelle Philippe Divol, responsable du service logement et construction durable à la direction départementale des territoires de Haute-Garonne (31).

Des interventions préventives

Pour prévenir les difficultés en amont de la déqualification, plusieurs outils permettent un suivi des copropriétés les plus fragiles, et notamment le Popac (Programme opérationnel pour la prévention et l’accompagnement des copropriétés). La Métropole bénéficie en outre du dispositif personnalisé Ma Copro bouge. Créé en 2014, celui-ci accompagne les copropriétés présentant de premiers signes de fragilité. "Cette prévention repose sur 3 enjeux : promouvoir une gestion saine et innovante dans la copropriété, lutter contre les impayés et créer une émulation autour du projet d’entretien et de réhabilitation du bâti", détaille Eve Panis, chargée de mission Plan Initiative Copropriétés. Un label lui est remis une fois les objectifs atteints grâce à un fort investissement de la copropriété.

Des actions curatives intégrées et accompagnées

Pour les copropriétés dégradées, l’Opah-CD** permet des travaux massifs sur 4 quartiers toulousains. Parmi eux, le Grand Mirail est classé Quartier Prioritaire Politique de la Ville, du fait de difficultés importantes d’une partie de la population. Retenu comme territoire d’enjeu majeur, il fait l’objet d’un suivi national dans le cadre du Plan Initiative Copropriétés. Ainsi, le programme de renouvellement urbain qui intervient sur le parc public est couplé à une action d’ampleur sur les 52 copropriétés du parc privé.

À la Cité de l’Hers, c’est accompagnée par Urbanis que la copropriété a réalisé d’importants travaux de rénovation énergétique. Pour Pierre Bonnard, maître d’œuvre de l’opération, "l’accompagnement a été essentiel sur ce projet, pour sensibiliser les propriétaires et aboutir au vote des travaux".

Le Plan de sauvegarde, en dernier recours

Construite en 1958, la tour du 3 boulevard des Minimes cumule des dysfonctionnements graves qui ont abouti à une mise en arrêté de péril. Elle va bénéficier d’un Plan de sauvegarde, dispositif fort de l’Anah, pour intervenir sur les copropriétés les plus sensibles. "En plus de mener des travaux d’ampleur, nous allons travailler sur la rénovation du règlement de copropriété pour fédérer les habitants autour de leur avenir", explique Annabelle Chaubet, présidente du conseil syndical. Le souhait des acteurs intervenants : éviter d’en venir à de tels dispositifs, grâce aux actions de veille et de prévention.

 

* Agence nationale de renouvellement urbain
** Opération programmée d’amélioration de l’habitat

 

]]>
Décideurs publics Occitanie Plan Initiative Copropriétés Plan de sauvegarde (PLS) Opah copropriétés dégradées (Opah-CD) Traitement des copropriétés fragiles ou en difficulté
news-3543 Tue, 02 Mar 2021 17:47:00 +0100 Consolider les synergies avec Soliha http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/consolider-les-synergies-avec-soliha/ L’Anah renouvelle sa convention avec l’État et la Fédération Soliha, opérateur incontournable dans le domaine de l’amélioration de l’habitat privé. L’objectif : accompagner toujours plus efficacement le développement du réseau d’associations, dans un contexte qui a fortement évolué. Soliha, un rôle crucial aux côtés de l’Anah

À travers l’ensemble des structures qu’il fédère, le réseau Soliha accompagne la mise en œuvre opérationnelle des politiques d’amélioration du parc privé portée par l’Anah. Pour consolider les synergies autour d’enjeux communs, l’Anah, l’État et la Fédération Soliha ont signé en 2016 une première convention pluriannuelle. Ce partenariat a fait l’objet d’une évaluation rendue en juillet 2019.
Les conclusions sont encourageantes, puisque Soliha se trouve conforté dans son rôle majeur pour l’amélioration de l’habitat, notamment en faveur des publics précaires. L’enjeu désormais consiste à amplifier la territorialisation pour l’adapter toujours plus finement aux nouveaux dispositifs de l’Anah.

Un écosystème en pleine évolution

Transition énergétique, relance économique… Les années 2019 et 2020 marquent un tournant dans les politiques d’amélioration du parc de logements. L’Anah s’adapte en affirmant des objectifs de massification de la rénovation, et en déployant de nouveaux outils, dans une approche toujours plus transversale.
Partenaire clé dans la mise en œuvre de ces actions, Soliha entend poursuivre et faire évoluer son développement. Il se dote d’un cadre stratégique "Cap 2025 !" qui déploie huit objectifs. Parmi eux, l’amplification de l’innovation, la territorialisation de l’action, ou encore, le développement d’un système d’alliances pertinent et efficace, auront un impact de taille sur les activités de l’Anah.
Afin de soutenir ces ambitions, l’Anah et l’État renouvellent leur partenariat avec le réseau Soliha pour la période 2021 à 2023.

Consolider le partenariat autour d’enjeux communs

La nouvelle convention pluriannuelle répond aux ambitions communes des trois parties quant à l’amélioration de l’habitat, la réponse au mal logement et la gestion locative. Elle s’articule autour de trois axes d’intervention :

  • Consolider la professionnalisation du réseau Soliha dans l’accomplissement de ses missions
  • Assurer la territorialisation de la mise en œuvre du partenariat
  • Préconiser des moyens pour amplifier la logique d’innovation

Un programme d’actions viendra décliner ces orientations et une évaluation annuelle suivra leur mise en œuvre. À travers des échanges réguliers entre Soliha et l’Anah, il s’agira aussi de faire vivre le partenariat, pour favoriser son efficacité et sa réussite.

 

En savoir plus sur Soliha : www.soliha.fr

]]>
Décideurs publics Fédération Soliha, Solidaires pour l’habitat
news-3542 Thu, 25 Feb 2021 12:59:00 +0100 Un plan national pour lutter contre la vacance des logements http://www.anah.fr/actualites/detail/actualite/un-plan-national-pour-lutter-contre-la-vacance-des-logements/ Le 20 janvier dernier, Emmanuelle Wargon, ministre du logement, et l’ensemble des partenaires ont lancé le Plan national de lutte contre les logements vacants. Quel est son intérêt et comment s’organise-t-il ? Explications. Pourquoi un Plan national ?  

En France, 1,1 millions de logements privés sont vacants depuis au moins deux ans. On en compte 150 000 en zone tendue, là où la demande est pourtant la plus forte, parmi lesquels 100 000 seraient mobilisables et habitables sans que des travaux soient nécessaires. Pour enrayer cette spirale, le gouvernement a lancé le 20 janvier dernier un Plan national de lutte contre les logements vacants. Pour Simon Mathivet, chargé de mission politiques sociales du logement à l’Anah, "l’objectif premier est de produire des logements sans avoir à construire, en remettant rapidement sur le marché ces biens inoccupés, particulièrement dans les centralités de nos villes, en zones tendues ou détendues." Cela permettra ainsi de redynamiser certains territoires, de créer une offre abordable à travers le conventionnement Anah, et de limiter, parfois, la construction neuve de logements et donc l’artificialisation des sols.

Plusieurs actions pour remettre les logements vacants sur le marché

L’Anah, avec le Réseau national des collectivités mobilisées contre le logement vacant (RNCLV) est partenaire de ce Plan national, piloté par la DHUP (Direction ministérielle de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages). Tous agissent selon 5 axes, dont 4 mobilisent fortement l’Anah :

  • Outiller les collectivités pour repérer, caractériser et suivre les logements vacants, sur leur territoire.
  • Valoriser et diffuser les démarches de lutte contre la vacance des logements. Une plate-forme d’échanges collaboratifs a par exemple été mise en place. Elle rassemble déjà près de 400 acteurs de terrain qui partagent leurs expériences et bonnes pratiques.
  • Mobiliser les logements vacants, en articulant les actions avec les politiques locales de l’habitat et d’aménagement.
  • Déployer de manière accélérée le Plan sur un échantillon de territoires et avec un accompagnement renforcé. Un appel à candidatures pour les collectivités territoriales a été réalisé en février, les lauréats seront annoncés en avril.

Montée en compétence et sur-mesure

Selon Simon Mathivet, "la réussite de la lutte contre la vacance passe par la montée en compétence et l’outillage des collectivités territoriales. C’est l’échelon local qui est en capacité de convaincre les propriétaires, par des solutions incitatives. Cette montée en compétence va se faire grâce à des données clés en mains, des partages d’expérience et un accompagnement sur-mesure pour les territoires qui seront sélectionnés".
Deux outils sont notamment mis en place, par et pour les territoires :

  • une base de données LOVAC. Elle permet de connaître et de caractériser au plus près de la réalité les logements vacants sur un territoire. Grâce aux informations sur le logement et le propriétaire, des prises de contacts peuvent être réalisées pour leur proposer des solutions de remise sur le marché. Cette base de données est actualisée, au fil des remontées d’informations. La base de données LOVAC est facilement mobilisable, sur simple demande à la DHUP à l’adresse suivante : logement-vacant.dhup.dgaln@developpement-durable.gouv.fr
     
  • une solution numérique Zéro Logement Vacant. À partir des données de LOVAC, une cartographie interactive peut ainsi être générée pour que la collectivité puisse repérer et suivre plus facilement les logements vacants. Suite à des travaux d’études comportementales sur les propriétaires de logements vacants, la solution proposera également des pistes pour approcher de façon efficace ces propriétaires, de façon à les convaincre de "passer à l’acte". Cette solution numérique sera dans un premier temps mise en œuvre dans les territoires sélectionnés dans le cadre de l’appel à candidature, avant un déploiement national.

 

]]>
Décideurs publics Maîtrise d'ouvrage d'insertion Développement d’un parc privé à vocation sociale