Accès rapide : contenu | navigation | recherche |

ANAH – Agence nationale de l’habitat

Une réponse territoriale aux enjeux de l'habitat privé
Accessibilité  
ImprimerEnvoyer

Puy-de-Dôme : Mission repérage pour les artisans

Pour atteindre l’objectif de 75 000 logements rénovés par an, les artisans sont bien sûr prescripteurs de travaux, mais pas seulement. Leur mission ? Repérer, informer et orienter les ménages modestes éligibles au programme Habiter Mieux. Reportage près de Clermont-Ferrand.

Extrait des Cahiers de l’Anah n°154 – Photos : Olivier Panier des Touches

Une aide précieuse

Assise à la table de la cuisine, Mme Olivier peine à masquer son impatience. Dans quelques jours débuteront les travaux d’isolation thermique de la toiture de sa maison. Une rénovation nécessaire - 30% de la chaleur intérieure s’échappe par un toit mal-isolé - mais longtemps repoussée, faute de budget. Le déclic ? "En septembre, j’ai contacté un artisan couvreur à la suite d’infiltrations dans les chambres de mes enfants, situées sous le toit. Il en a profité pour me présenter les aides financières du dispositif Habiter Mieux. Je ne les connaissais absolument pas", raconte cette professeure de français d’un collège de Beaumont, à quelques kilomètres de Clermont-Ferrand. 

Un diagnostic énergétique réalisé

L’artisan en question, l’entreprise CCMT, lui fait remplir une fiche-contact, avant de la transmettre à l’Agence départementale d’information sur le logement (Adil) du Puy-de-Dôme. L’opérateur Urbanis a ensuite réalisé un diagnostic énergétique et accompagné Mme Olivier dans le montage du dossier Habiter Mieux. "L’opérateur m’a conseillée de remplacer également mon ancienne chaudière à gaz pour un meilleur confort thermique et une baisse substantielle de la facture énergétique. Les subventions de l’Anah au titre d’Habiter Mieux et de Clermont Auvergne Métropole dans le cadre d’un Programme d’intérêt général couvrent 60% des travaux d’un total de 18 500 €. Sans les informations communiquées par l’entreprise CCMT, je ne me serais pas engagée dans un tel projet", conclut la propriétaire.

Les artisans, prescripteurs de premier choix

Les artisans du Puy-de-Dôme, porte-étendard du programme Habiter Mieux ? La démarche s’inspire d’une expérimentation menée par l’Anah fin 2016 dans quinze départements pilotes. Le principe ? Confier aux artisans une mission de repérage, d’information et d’orientation des ménages modestes vers le programme Habiter Mieux. "Nous nous sommes portés volontaires. Notre territoire compte 40% de ménages éligibles aux aides de l’Anah. Les artisans maillent le territoire et sont au contact des ménages modestes, qui ont besoin de travaux de rénovation énergétique dans leurs logements anciens et mal isolés. Ce sont des prescripteurs de premier choix", analyse Jennifer Caine, cheffe de bureau Amélioration de l’habitat privé et lutte contre l’habitat indigne, à la Direction départementale des territoires (DDT) du Puy-de-Dôme. 

Fort de ce constat, l’Anah renforce en 2018 son partenariat avec la Capeb (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment) du Puy-de-Dôme (1100 artisans adhérents, dont 480 labellisés RGE*). Fin mars, Jennifer Caine a participé, comme elle le fait régulièrement depuis plusieurs années, à un petit déjeuner d’information organisé par la Capeb 63 pour ses adhérents : "L’occasion de remobiliser les artisans autour d’Habiter Mieux, et de promouvoir l’utilisation de la fiche-contact comme outil d’orientation des ménages vers l’Adil". 

*Reconnu garant de l’environnement

Engagement social, solidaire, économique

Pour Jean-Marc Proeres, secrétaire général de la Capeb 63, "les artisans ont tout intérêt à s’impliquer aux côtés de l’Anah pour présenter Habite Mieux à leurs clients en situation de précarité énergétique. Il s’agit avant tout d’un engagement social et solidaire". L’enjeu est aussi économique : le marché de la rénovation énergétique est un fort levier de croissance pour le secteur du bâtiment. Habiter Mieux profite en priorité aux artisans et petites entreprises au niveau local. "Le propriétaire reste libre de choisir son artisan. Mais en l’informant des aides dont il peut bénéficier, il se crée une relation de confiance. Ils nous considèrent en quelque sorte comme le référent pour réaliser le chantier", explique Denise Tartière, de l’entreprise CCMT, à qui Nathalie Olivier a effectivement confié les travaux d’isolation. 

De son côté, l’Anah s’engage à traiter en priorité les dossiers transmis via une fiche-contact. Objectif : débloquer les subventions et donner le coup d’envoi des travaux au plus vite. Les demandes d’aides des propriétaires occupants seront également entièrement dématérialisées d’ici à la fin 2018, avant celles des copropriétés en 2019. Là encore, un précieux gain de temps et de simplification administrative.  

Multiplier les partenariats

Partout en France, les artisans sont appelés à se mobiliser pour atteindre les objectifs ambitieux mais réalistes du programme Habiter Mieux - 75 000 logements rénovés par an. C’est l’esprit de la convention nationale de partenariat signée en 2018 entre l’Anah et la Capeb. "Nous devons initier d’autres partenariats pour mieux repérer les ménages modestes, insiste Jennifer Caine. Dans le Puy-de-Dôme, nous avons subventionné 694 dossiers Habiter Mieux en 2017 et versé 6,4 millions d’euros de subventions. Soit plus de 9 000 euros d’aides en moyenne par ménage. Mais nous pouvons aller plus loin. Seuls 10% des ménages éligibles aux aides de l’Anah en bénéficient. Pourquoi ne pas mobiliser les aides à domicile ou les assistantes sociales ? Nous devons aussi intensifier la communication dans le cadre des opérations programmées - Opah, PIG, etc. - porteuses à 75% des aides de l’Anah". En 2017, dans le Maine-et-Loire, l’Anah avait confié cette mission de "recrutement" aux facteurs du territoire du Vihiersois. Une mission relevée avec succès.