Accès rapide : contenu | navigation | recherche |

ANAH – Agence nationale de l’habitat

Une réponse territoriale aux enjeux de l'habitat privé
Accessibilité  
ImprimerEnvoyer

Un an après, point d'étapes sur le plan Initiative Copropriétés

Photo DR

Il y a un an, le ministre Julien Denormandie lançait le Plan Initiative Copropriétés. Où en sont aujourd’hui les 14 collectivités impliquées en suivi national ? Le 17 septembre dernier, les acteurs locaux concernés se sont réunis pour faire un point d’étapes sur la mise en œuvre du plan, partager les éventuels points de blocage et les solutions à y apporter. Avec des premières synergies très encourageantes…

 

Un plan "à la carte" en réponse à la diversité des territoires

Le plan Initiative Copropriétés : un dispositif global "à la carte" permettant d’accompagner des interventions locales. Il peut être mobilisable graduellement selon l’ampleur de la tâche et les besoins des collectivités. Et les 14 territoires * en suivi national confirment l’importance de cette souplesse.

Amplifier les partenariats et accélérer les projets

Ce plan mobilise des moyens financiers colossaux. De l’Anah bien sûr, pilote du plan, qui investit 2 milliards d’euros sur dix ans, mais aussi des partenaires et des collectivités. De l’avis des professionnels, cette première année du Plan a été un formidable accélérateur, pour démultiplier l’action et engager des rénovations globales.
Valérie Mancret-Taylor, directrice générale de l’Anah, a rappelé lors de cette journée de travail : "qu’il s’agit d’un plan de longue haleine, avec un engagement financier sur dix ans et parfois, ce sera encore plus long. L’objectif est d’être tenace collectivement et l’Anah, avec les services déconcentrés de l’État, sera là pour accompagner les collectivités."

Lever ensemble les obstacles

Cette journée d’échanges techniques a permis de faire un point d’avancement sur le plan et d’évoquer des points d’amélioration possibles, sur lesquels l’Anah travaille d’ores et déjà. Et ceci, autour de préoccupations qui font consensus :

  • La question de la spécificité des immeubles de grande hauteur, avec la notion récurrente de la sécurité.
  • Le traitement des impayés, angle mort actuel mais qui représente pourtant un enjeu considérable.
  • Le financement du reste à charge avec les partenaires, solution à amplifier au regard des besoins.
  • La maîtrise d’œuvre et l’engagement financier que cela représente, avec également la question de l’adhésion des copropriétaires au projet.

Unanimement, les partenaires souhaitent poursuivre le dispositif, en amplifiant les moyens humains et d’ingénierie.  

* Mulhouse, Toulouse, Montpellier, Nîmes, Marseille, Évry, Aulnay/Sevran, Grigny, Clichy, Mantes-la-Jolie, Épinay-sur-Seine, Vaulx-en-Velin, Grenoble et Saint-Etienne-du-Rouvray.