Tourcoing : un centre d’hébergement rénové pour plus de dignité

Photo G. Lefrancq

Au centre d’hébergement d’urgence "Regain" à Tourcoing, les travaux financés par l’Anah ont apporté confort, intimité et dignité pour leurs résidents. Retour sur ce projet de rénovation.

Pour une mission d’accueil digne

Situé dans le centre-ville de Tourcoing, le centre d’hébergement d’urgence "Regain" accueille des hommes orientés par le SIAO*. Seuls, fragilisés et en situation de grande précarité, ils ont besoin d’être momentanément hébergés et écoutés. Les conditions d’hébergement antérieures ne permettaient plus au Regain de mener à bien cette mission. C’est pourquoi en 2015, l’association VISA s’est rapprochée de l’Anah pour envisager d’importants travaux d’humanisation.

"Regain, c’est une petite structure qui a réussi en un projet à traiter efficacement tous les aspects de l’humanisation" se réjouit Claire Morell, de la Direction départementale des territoires (DDT) du Nord.

En finir avec les dortoirs

Un des objectifs de l’humanisation : en finir avec les dortoirs. "Plus d’intimité, c’est moins de tensions entre les personnes, moins de conflits. Un environnement serein, nécessaire pour se reprendre en main et soigner ses addictions" selon Claire Morell.

Depuis les travaux, le Regain dispose de 11 chambres individuelles et 12 chambres doubles, dont une accessible aux personnes à mobilité réduite. "Avant, les hommes devaient partager chambres et sanitaires, ce qui compliquait la gestion de l’accueil. Les pièces individuelles sont d’un grand bénéfice pour les personnes hébergées comme pour les équipes" explique Marie-Laure Leblanc, directrice de l’association.

Un projet technique et social

Les travaux ont démarré en 2016 et se sont terminés en 2018. Ils ont concerné :  

  • La réfection des sanitaires et de la salle de vie
  • La mise aux normes de sécurité et d’accessibilité
  • Une amélioration de la performance énergétique du bâtiment

Les hommes sont désormais accueillis dans des locaux neufs, confortables et sécurisés. "Ils sont surpris à leur arrivée des conditions d’accueil que nous proposons. Pourtant, cela devrait être la norme !" estime Marie-Laure Leblanc.

L’Anah a financé ce projet à hauteur de 612 500 euros, soit 65% du montant total de l’opération. L’association a aussi profité de cet élan pour repenser son projet social : d’abord Centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), le Regain est devenu Centre d’hébergement d’urgence et les places de CHRS ont été déployées hors les murs.

 

* Service Intégré d’Accueil et d’Orientation