Accès rapide : contenu | navigation | recherche |

ANAH – Agence nationale de l’habitat

Une réponse territoriale aux enjeux de l'habitat privé
Accessibilité  
ImprimerEnvoyer

Rénovation des centres villes : l’Anah mobilisée pour les territoires

Mots-clés :

Photo DR

L’amélioration de l’habitat privé est un axe stratégique pour revitaliser les centres anciens. Forte de son expertise, l’Anah est intervenue au 3e congrès national de Sites et Cités remarquables de France, les 16 et 17 mai derniers. Immersion au cœur de l’événement, à Figeac.

 

En ouverture du 3e congrès national de Sites et Cités remarquables de France, Valérie Mancret-Taylor, directrice générale de l’Anah, a rappelé "la nécessité d’une démarche prenant en compte à la fois l’amélioration de l’habitat, le renouveau des commerces, la préservation et la mise en valeur du patrimoine".

140 M€ pour accompagner chaque collectivité territoriale

Un an après le lancement du plan national Action Cœur de Ville, l’intégralité des 222 villes ont signé une convention, avec un co-engagement de 140 millions d’euros de l’Anah. Pour mener à bien les projets de territoires, l’Anah a mis en place le financement de chef de projet, avec déjà 64 postes la première année. L’offre de service aux collectivités pour la maîtrise d’ouvrage publique (financements des actions incitatives et cœrcitives) de l’Anah s’adresse à plusieurs dimensions des projets :
•    études préalables puis pré-opérationnelles,
•    animation des dispositifs,
•    méthodologie et outils.
De plus, elle concerne l’ensemble du territoire : 60 % des logements rénovés grâce à une aide de l’Anah sont dans un espace péri-urbain ou rural.

Du concret pour la revitalisation des centres villes

Si les grandes villes et les métropoles ont souvent une ingénierie urbaine, c’est plus rarement le cas dans les petites ou moyennes communes. Pour les aider au quotidien, l’Anah a rapidement mis en place des solutions, à l’image du guide méthodologique "Isolation thermique durable des bâtiments existants" réalisé avec Le Moniteur. Il facilite la prise de décision des professionnels sur l’isolation thermique. D’ailleurs, "je souhaite, ici, rassurer sur notre capacité à mener une rénovation énergétique d’ampleur, tout en ayant une exigence importante sur la qualité des réhabilitations" a souligné Valérie Mancret-Taylor.

Agir sur l’habitat privé en centre-ville : ça se poursuit !

La réhabilitation responsable pourrait aussi devenir une nouvelle donne pour la rénovation du bâti ancien. Évoquée lors d’un atelier de l’événement, elle prend en compte des critères environnementaux, comme par exemple l’utilisation des matériaux biosourcés. "Et l’Anah continue d’innover", avec par exemple une plateforme de bonnes pratiques CREBA, en collaboration avec le Cerema. Depuis 2016 aussi, au côté de Sites et cités remarquables de France avec :
•    une étude pour comparer la rénovation des centres-villes dans plusieurs pays d’Europe ;
•    la création des communautés locales de rénovation (moment PRO), engagées au niveau environnemental. 

Aides à l’amélioration de l’habitat privé, vecteur d’attractivité 

Le congrès national de Sites et Cités remarquables de France a réuni plus de 500 personnes autour de tables rondes, de visites et d’ateliers. L’occasion de rappeler que l’amélioration et la réhabilitation du patrimoine bâti favorise aussi l’économie et le tourisme : centres-villes plus attractifs, sauvegarde de commerces, vie du quartier, etc. Côté habitat, la question des centres-villes est primordiale car ils combinent :
•    proximité des services et vacance des logements ;
•    de petites copropriétés à la gestion souvent fragile, avec une majorité de propriétaires occupants et des coûts de fiscalité, de travaux plus élevés.