Accès rapide : contenu | navigation | recherche |

ANAH – Agence nationale de l’habitat

Une réponse territoriale aux enjeux de l'habitat privé
Accessibilité
ImprimerEnvoyer

L’Anah aux côtés des territoires et des usagers pendant la crise

Mots-clés : MaPrimeRénov'

La crise que nous traversons est exceptionnelle, et met en lumière les conséquences sanitaires et sociales du mal logement. Mais grâce à la mobilisation des équipes de l’Anah et de l’ensemble du réseau territorial, les ménages ont pu continuer à déposer leurs dossiers et à toucher les aides de l’Agence.

 

Des équipes mobilisées à 100 % pour accompagner les territoires et les particuliers

Depuis le 17 mars dernier, l’Anah a activé son plan de continuité de l’activité. L’objectif ? Garantir le bon fonctionnement de l'Agence pour permettre la continuité du dépôt, de l’instruction et du paiement des demandes d’aides. Cela a été rendu possible notamment grâce à la forte mobilisation des délégations locales (collectivités territoriales, directions départementales des territoires…). Pendant cette période, tout a été mis en place pour continuer d’accompagner au mieux les ménages et permettre aux entreprises et artisans de poursuivre leur activité. C’est ainsi que le nombre de subventions versées a pu se maintenir à un rythme élevé, et que l’instruction des premières demandes MaPrimeRénov’a pu démarrer début avril, comme prévu.

Soutenir les particuliers dans cette période

L’année 2020 n’est pas une année ordinaire, mais elle reste pour l’Anah une année de forte mobilisation, notamment en faveur des plus fragiles. Et c’est particulièrement vrai dans cette période où l’habitat de chacun est devenu un lieu refuge, mettant d’autant plus en lumière les inégalités sociales face au logement et les conséquences sanitaires du mal-logement. Valérie Mancret-Taylor, directrice générale de l’Anah, le rappelle : "en lien avec les territoires dont je salue l’engagement, nous continuons d’accompagner au mieux les ménages modestes, afin de les soutenir dans cette période difficile, notamment en continuant de verser les subventions aux bénéficiaires de nos aides pour ne pas ajouter de difficultés financières supplémentaires à la crise actuelle."