Des Opah sur-mesure pour le Grand Figeac

Photo DR

Le travail au long cours entre les élus du Grand Figeac, ceux des communes et le Département délégataire des aides à la pierre, a permis de penser des dispositifs adaptés à une intercommunalité vaste. L’Opah multisites et l’Opah-RU multisites lancés début 2021 s’intègrent dans un véritable projet de territoire. Explications avec Christine Glaise, cheffe d’unité à la Direction départementale des territoires du Lot.

S’adapter à l’armature urbaine

Avec 92 communes, le Grand Figeac a la particularité d’être une intercommunalité très vaste, à cheval sur deux départements. Deux villes centres, Figeac et Capdenac-Gare et plusieurs petits bourgs, rayonnent sur leur bassin de vie. Le reste du territoire est à dominante rurale. "Pour requalifier les centres anciens et réhabiliter l’habitat privé, les élus du Grand Figeac ont souhaité apporter une réponse à tout le territoire. Mais on n’intervient pas de la même manière dans le centre de Figeac, à forte valeur patrimoniale, et sur une commune aux confins du département", explique Christine Glaise. Afin d’éviter une dilution des actions, la délégation locale de l’Anah a insisté pour que l’intercommunalité ait une politique taillée sur mesure, en l’adaptant à son armature urbaine. La réflexion a débouché sur le lancement début 2021 :

  • D’une Opah-RU* Multisite sur le centre ancien de Figeac et les centres-bourgs de Capdenac-Gare et Cajarc.
  • D’une Opah** Multisite sur les centres-bourgs de Latronquière, Aynac, Bagnac-sur-Célé et Lacapelle-Marival.

Un PIG (programme d’intérêt général) couvre le reste du territoire.

Acculturer les élus locaux

Le Grand Figeac est issu de fusions successives de communautés de communes, dont certaines n’avaient jamais engagé d’opérations programmées. "Les élus n’étaient pas tous dotés du même niveau d’acculturation. L’intercommunalité a souhaité mettre à profit l’année 2020 pour les sensibiliser et tester leur volonté d’aller sur une Opah simple ou sur une Opah-RU". Accompagné par son bureau d’études et ses services, Jean-Luc Nayrac, Vice-Président du Grand Figeac, s’est rendu dans chacune des communes pour expliquer les outils, les implications financières et les conséquences coercitives de l’Opah-RU. "Ce temps de médiation était essentiel pour impliquer chacun des élus locaux dans le projet", poursuit la cheffe d’unité.

S’intégrer dans un projet de territoire

Pour accompagner son dynamisme démographique et économique, le Grand Figeac travaille depuis plusieurs années sur un projet de territoire. Dès 2017, quatre communes ont été accompagné dans le cadre de l’expérimentation Dauge, pour définir un projet de revitalisation axé sur la mise en valeur du patrimoine. "Cette réflexion a permis à ces élus de se questionner sur ce qu’ils souhaitent pour leur territoire. Ils ont été sensibilisés à l’importance d’un projet clair pour leur ville".

Le Grand Figeac est désormais engagé dans de nombreuses démarches de valorisation de son territoire, telles que Pays d’Art et d’Histoire dont la labellisation a été obtenue, et les programmes Action Cœur de Ville (Figeac) et Petites Villes de Demain (Lacapelle-Marival, Cajarc, Capdenac-Gare), mis en œuvre en cohérence avec les Opah multisites. L’intercommunalité élabore aussi son Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, son Programme Local de l’Habitat et son Plan Climat Air Énergie Territorial, qu’elle souhaite faire coïncider avec les Opah multisites. "Toute cette émulation donne aujourd’hui du sens aux Opah, qui sont intégrées dans un véritable projet de territoire", conclut Christine Glaise.

 

* Opération programmée d’amélioration de l’habitat
** Opération programmée d’amélioration de l’habitat de renouvellement urbain