Dans le Nord à Fourmies, des synergies pour améliorer l’habitat privé

Photo DR

Dans le Nord, la commune de Fourmies (59) intervient depuis plusieurs années pour améliorer son parc de logements. Deux nouvelles études sur l’habitat viennent d'être lancées, dans le cadre du Nouveau programme de renouvellement urbain (NPNRU).

Des études ciblées pour définir l’intervention

À Fourmies, commune de 12 000 habitants, de nombreux logements ont été construits avant 1950 et connaissent des difficultés en termes de performance énergétique et d’insalubrité (39 % des foyers fourmisiens sont en précarité énergétique). Le taux de logements vacants est également de 13,4 %. Pour répondre au mieux aux problématiques d’habitat, la Ville de Fourmies et la Communauté de Communes Sud Avesnois ont décidé de réaliser deux études, avec le soutien financier de l’Anah :

  • une étude pré-opérationnelle à l’Opah-RU*, en lien avec le NPNRU de l’Anru (Agence nationale de rénovation urbaine) depuis mai 2020 ;
  • une étude de faisabilité pour la résorption de l’habitat indigne.

Elles ont démarré en mars et le diagnostic sera bientôt connu, avec une cartographie précise de l’habitat à cibler. La phase qui suivra le diagnostic sera celle de la stratégie puis d’un conventionnement avec l’Anah, prévu début 2021.

Financement des études : 50 % Anah, 25 % Ville de Fourmies et 25 % Banque des Territoires.

Collectivités, Anah et Anru, engagées dans une action partagée

"Nous souhaitons porter une politique volontariste à la fois sur l’intervention mais aussi pour l’accompagnement des propriétaires, dans la remise sur le marché de leurs logements après rénovation", détaille Stéphane Saux, directeur de la rénovation urbaine à la Ville de Fourmies. L’enjeu est notamment d’agir en même temps sur l’habitat privé et sur le renouvellement urbain. Des passerelles sont imaginées, par exemple avec des rénovations d’habitat privé qui pourraient resservir à du relogement, suite aux éventuelles démolitions ou travaux, dans le cadre du NPNRU.

Un effet d’entraînement pour le territoire

Les études pré-opérationnelles et de faisabilité permettent également de repérer sur l’ensemble de la commune les difficultés d’habitat. 15 lieux devraient notamment être ciblés et donneront lieu à de premières visites de terrain, avec les propriétaires. "En plus de son financement des études pour moitié, l’Anah nous permet notamment de mieux calibrer les interventions et de décider d’actions cœrcitives ou incitatives. Il est impossible à notre échelle de lancer un tel projet sans ce soutien".

 

* Opération programmée de l’amélioration de l’habitat de renouvellement urbain.