Agir sur les copropriétés à Toulouse

Photo Fred Crouzet

Toulouse Métropole et l’Anah font preuve d’une intervention historique en matière d’amélioration du parc de copropriétés. Comment redresser durablement les copropriétés fragiles ? Quels leviers pour agir avant que les difficultés ne surviennent ? Panorama des outils mis en œuvre atour de trois axes : veille, prévention et redressement.

 

Un observatoire pour coordonner les actions

Sur le territoire de Toulouse Métropole, une copropriété sur trois est très dégradée, avec des copropriétaires qui ne peuvent assumer les coûts de réhabilitation. "Lors des premières réflexions sur le nouveau programme de renouvellement urbain, il est apparu primordial de mieux connaître le parc privé des quartiers prioritaires, pour articuler les actions", explique Aurélie Sebot, chef de projet Plan Initiative Copropriétés.

Depuis 2016, Toulouse Métropole dispose d’un observatoire multicritères des copropriétés sur les quartiers prioritaires, subventionné par l’Anah au titre de la VOC (Veille et observatoire des copropriétés). Cette veille permet de territorialiser les politiques d’intervention au regard de la réalité du territoire. "Avec deux préoccupations majeures : la lutte contre le logement indigne et la liaison entre les deux grandes agences que sont l’Anru* et l’Anah", rappelle Philippe Divol, responsable du service logement et construction durable à la direction départementale des territoires de Haute-Garonne (31).

Des interventions préventives

Pour prévenir les difficultés en amont de la déqualification, plusieurs outils permettent un suivi des copropriétés les plus fragiles, et notamment le Popac (Programme opérationnel pour la prévention et l’accompagnement des copropriétés). La Métropole bénéficie en outre du dispositif personnalisé Ma Copro bouge. Créé en 2014, celui-ci accompagne les copropriétés présentant de premiers signes de fragilité. "Cette prévention repose sur 3 enjeux : promouvoir une gestion saine et innovante dans la copropriété, lutter contre les impayés et créer une émulation autour du projet d’entretien et de réhabilitation du bâti", détaille Eve Panis, chargée de mission Plan Initiative Copropriétés. Un label lui est remis une fois les objectifs atteints grâce à un fort investissement de la copropriété.

Des actions curatives intégrées et accompagnées

Pour les copropriétés dégradées, l’Opah-CD** permet des travaux massifs sur 4 quartiers toulousains. Parmi eux, le Grand Mirail est classé Quartier Prioritaire Politique de la Ville, du fait de difficultés importantes d’une partie de la population. Retenu comme territoire d’enjeu majeur, il fait l’objet d’un suivi national dans le cadre du Plan Initiative Copropriétés. Ainsi, le programme de renouvellement urbain qui intervient sur le parc public est couplé à une action d’ampleur sur les 52 copropriétés du parc privé.

À la Cité de l’Hers, c’est accompagnée par Urbanis que la copropriété a réalisé d’importants travaux de rénovation énergétique. Pour Pierre Bonnard, maître d’œuvre de l’opération, "l’accompagnement a été essentiel sur ce projet, pour sensibiliser les propriétaires et aboutir au vote des travaux".

Le Plan de sauvegarde, en dernier recours

Construite en 1958, la tour du 3 boulevard des Minimes cumule des dysfonctionnements graves qui ont abouti à une mise en arrêté de péril. Elle va bénéficier d’un Plan de sauvegarde, dispositif fort de l’Anah, pour intervenir sur les copropriétés les plus sensibles. "En plus de mener des travaux d’ampleur, nous allons travailler sur la rénovation du règlement de copropriété pour fédérer les habitants autour de leur avenir", explique Annabelle Chaubet, présidente du conseil syndical. Le souhait des acteurs intervenants : éviter d’en venir à de tels dispositifs, grâce aux actions de veille et de prévention.

 

* Agence nationale de renouvellement urbain
** Opération programmée d’amélioration de l’habitat