Accès rapide : contenu | navigation | recherche |

ANAH – Agence nationale de l’habitat

Une réponse territoriale aux enjeux de l'habitat privé
Accessibilité
ImprimerEnvoyer

Accompagner la rénovation des copropriétés

Photo DR

Pour rendre plus efficace sa stratégie de rénovation énergétique des copropriétés, Nantes Métropole a fait le choix d’internaliser l’accompagnement avec une équipe dédiée. Une manière d’adapter ses actions face à des projets souvent complexes.

Une implication de premier plan de la collectivité

Nantes métropole s’est engagée très tôt dans l’élaboration d’un plan climat, avec la volonté de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la consommation énergétique du parc de logements. Afin d’accompagner les projets de rénovation énergétique des copropriétés, la métropole a mis en place dès 2011 une équipe de six conseillers dédiés. L’équipe s’est d’abord formée avec un bureau d’études sur l’intervention en copropriété. "La prise en main se révèle complexe puisqu’il faut bien saisir le fonctionnement de la copropriété, des interactions entre les différents acteurs", explique Jonathan Lefebvre, chargé de projet habitat privé à la métropole.

Déclencher la réflexion et convaincre

"Nous avons vite compris que la prise de décision était la difficulté majeure en copropriété. Pour favoriser le vote de projets efficaces, il faut rassurer les copropriétaires". Les mots d’ordre pour y parvenir : simplicité et lisibilité des processus.
Forte de ce constat, la métropole finance 50 % du coût des études de maîtrise d’œuvre visant une rénovation de niveau BBC, quel que soit le scénario de travaux choisi ensuite. L’enjeu à ce stade : démontrer l’efficacité d’un bouquet de travaux importants. Puis la métropole subventionne le syndicat à hauteur du tiers du montant des travaux BBC. Elle complète aussi les subventions individuelles de l’Anah. Une stratégie qui paie : "Beaucoup de copropriétés votent des travaux plus ambitieux que le projet initial".

Une vision lucide de la réalité en copropriété

La plus-value d’une internalisation selon le chargé de projet : "avoir un pied dans la gestion des aides et un autre sur le terrain auprès des copropriétés". Ce fonctionnement permet à la métropole d’avoir une vision lucide de la situation, d’identifier les freins et d’adapter ses actions. Un programme d’intérêt généraI (PIG) pour la rénovation des copropriétés est en cours d’élaboration pour 2020. Il devra apporter une aide concrète aux syndics dans le montage administratif et financier complexe des dossiers de rénovation énergétique.