Accès rapide : contenu | navigation | recherche |

ANAH – Agence nationale de l’habitat

Une réponse territoriale aux enjeux de l'habitat privé
Accessibilité  
ImprimerEnvoyer

À Villeurbanne : Initiative Copropriétés diminue le reste à charge des copropriétaires

Photo DR

Lancé en novembre 2018, le plan Initiative Copropriétés vise à lutter efficacement contre la dégradation des copropriétés. Zoom sur la résidence Saint-André, à Villeurbanne.

Avec 640 logements répartis dans dix bâtiments, la résidence Saint-André à Villeurbanne (69) occupe un terrain de 6,5 hectares. C’est un vrai quartier. "La gestion d’une telle copropriété est très complexe. Les copropriétaires n’ont pas l'impression d’appartenir à la même résidence", pointe Margot Barnola, responsable de l’unité Amélioration de l’habitat privé à la DDT (direction départementale des territoires) du Rhône. Pourtant, lorsque des travaux doivent être effectués, tous les habitants sont concernés. Or à Saint-André, les besoins sont importants : mise en sécurité des ascenseurs et des toits terrasse, mise aux normes des équipements de sécurité-incendie, rénovation énergétique... Montant global des travaux ? Près de 48 000 euros par logement.

Assainir la gestion de la copropriété

"Avant même d'envisager la moindre intervention sur le bâti, la métropole de Lyon, en partenariat avec l’Anah et la ville de Villeurbanne, a lancé un marché d'accompagnement de la copropriété pour assainir sa gestion et redresser ses impayés", explique Margot Barnola. Cet accompagnement a permis à la copropriété de cheminer vers un projet global de travaux. Les collectivités ont alors sollicité leurs partenaires, dont l'Anah et Procivis, pour soutenir ce redressement en lien avec le projet de renouvellement du secteur. Pour le financer, la copropriété envisage de vendre huit loges de gardien et de rechercher et de mobiliser toutes les aides de droit commun : programme Habiter Mieux de l'Anah, aides de la Métropole de Lyon et de la Ville de Villeurbanne, préfinancement par PROCIVIS, Éco-prêt copropriété 0 %... Malgré tout, le reste à charge demeurant trop important pour les résidents, il rendait encore difficile la réalisation d’un programme ambitieux.

20,1 millions d'euros sur 5 ans

Pour débloquer la situation, les partenaires mobilisent le plan Initiative Copropriétés. L'Anah majorera la prime Habiter Mieux (1500 à 2000 euros) et l'aide aux syndicats des copropriétaires pour atteindre 64 % du coût des travaux. En cinq ans, l’Agence versera plus de 20 millions d'euros pour traiter le bâti, soit plus de 30 000 euros par logement. Grâce à un effort supplémentaire de la Métropole de Lyon, 3 % de la somme allouée aux travaux seront convertis en une prime individuelle destinée aux propriétaires occupants modestes et très modestes.

"Exceptionnellement, l’État mettra à disposition son expertise pour instruire ces aides spécifiques", ajoute Margot Barnola. Au total, près de 86 % du coût des travaux sera financé par des aides publiques. Selon leur "statut", tous les propriétaires bailleurs ou occupants, n’auront pas le même reste à charge. Pour les ménages sous plafonds de ressources Anah, il pourra descendre à moins de 10 % du coût des travaux. "Enfin, les économies sur les charges énergétiques grâce à la rénovation thermique et l'octroi de prêts à 0 % faciliteront le financement de ces restes à charge", rassure Margot Barnola.

Et demain ?

Grâce à Initiative Copropriétés, un programme de travaux durable et ambitieux sera réalisé. L’objectif : donner un nouveau visage à la résidence Saint-André et l’accompagner dans sa réorganisation foncière. "Mais nous n’en sommes pas encore là. La convention de plan de sauvegarde est en cours de rédaction. Tous les partenaires et au premier plan, la copropriété, font en sorte que les travaux soient votés et démarrent au plus vite", conclut Margot Barnola.