À Strasbourg, quand rénovation énergétique rime avec autonomie

Photo DR

Tendre vers une rénovation globale des logements, à la fois pour l’autonomie des personnes et pour la rénovation énergétique… tel est l’objectif du projet "Rénover pour tous". Focus sur cette innovation, lauréate lors d’un hackathon en juin dernier, avec Emmanuel Marx, directeur de l’association Eco-Quartier de Strasbourg.

"Rénover pour tous": qu’est-ce que c’est ?

"Notre concept est de lier l’adaptation des logements pour l’autonomie des personnes âgées, tout en améliorant la performance thermique des logements pour de jeunes ménages", explique Emmanuel Marx. L’enjeu principal est de faire des propositions de montage foncier pour mieux accompagner les particuliers dans leur projet de rénovation globale du bâtiment. Elles ont ensuite vocation à être utilisées par les opérateurs et les collectivités territoriales.

Comment ça fonctionne ?

Le projet se réalise en deux étapes principales :

  • vente de la propriété foncière à un organisme foncier solidaire (OFS) et signature d’un bail réel solidaire par le propriétaire ;
  • conservation des droits réels par les propriétaires et réinvestissement des bénéfices de la vente dans des travaux de rénovation globale, avec les aides de l’Anah en complément.

La transmission est ainsi conservée tout en apportant des budgets importants, après subventions de l’Anah, pour que les ménages entreprennent des travaux. "C’est particulièrement intéressant de voir que même en concédant une partie du bien, les propriétaires resteront gagnants ! C’est le cas sur le confort et en termes de revalorisation financière du bâti, car la rénovation énergétique ou pour l’autonomie apporteront une plus-value", détaille Emmanuel Marx.

Vers une rénovation globale de l’habitat

Le projet "Rénover pour tous" bénéficie successivement à deux publics :  

  • les personnes âgées qui profitent, à l’issue des travaux, d’un logement adapté, confortable et sobre en énergie ;
  • les jeunes ménages qui peuvent acquérir ultérieurement un logement à prix maîtrisé et rénové dans les standards d’aujourd’hui.

L’enjeu désormais est de convaincre les OFS et de s’appuyer sur des outils et de la data pour mieux estimer les potentialités dans les parcs d’habitat privé. La validation de partenariats puis les premiers pré-repérages des logements éligibles sont espérés d’ici fin 2021. "Notre modèle est celui de l’open innovation, donc à terme, il pourrait être élargi bien au-delà de la métropole de Strasbourg", souligne Emmanuel Marx.