Accès rapide : contenu | navigation | recherche |

ANAH – Agence nationale de l’habitat

Une réponse territoriale aux enjeux de l'habitat privé
Accessibilité  
ImprimerEnvoyer

À Joinville, la revitalisation du centre-bourg fait ses preuves

Mots-clés :

Photo Stephan Norsic

En 2015, Joinville, commune de 3 000 habitants en Haute-Marne, était l’une des premières à signer une convention Opah centre-bourg avec l’Anah. Quelques années plus tard, quels sont les bénéfices constatés sur la revitalisation du centre-bourg ? Comment le travail-a-t-il été orchestré ? Retour d’expérience.

 

Joinville : une nouvelle dynamique pour le centre-ville

Il y a 4 ans, Joinville faisait partie des 54 communes lauréates de l’appel national à manifestation d’intérêt (AMI) centres-bourgs. Les objectifs :

  • redynamiser l’offre commerciale en centre-ville ;
  • rénover ou réaliser des logements, limiter l’étalement urbain ;
  • réduire le nombre de logements vacants.

Les premiers résultats se font sentir :

  • 1,5 million d’euros de travaux réalisés depuis 2015 ;
  • réduction du taux de logements vacants de 20 % à 17,6 % aujourd’hui ;
  • ouverture d’équipements publics (groupes scolaires, structure petite enfance, maison de santé, restructuration du pôle sportif, etc.)

"Là où il ne se passait plus rien dans le centre-ville, l’accompagnement et le conseil aux habitants, commerçants ont permis de stabiliser la situation puis de l’améliorer, explique Anthony Koenig, chef de projet urbanisme à la mairie de Joinville. Les bâtiments les plus fragiles ont été réhabilités et les travaux en permanence donnent envie à d’autres de rénover…".

La revitalisation : un travail de proximité avec tous les acteurs

La revitalisation du centre-bourg et la mise en œuvre de l’opération programmée ont nécessité un dialogue avec tous les acteurs de terrain concernés, comme le relate le chef de projet : "Il a fallu bien cadrer les choses dès le début en rappelant à chaque acteur ses responsabilités sur l’habitat. Pour des façades très délabrées, nous avons par exemple testé le ravalement obligatoire." De même, avec l'instauration récente du permis de louer, ou le traitement de 11 immeubles au travers d'une ORI (Opération de restauration immobilière), dont 5 sont d'ores et déjà expropriés, la ville a pris l'habitude de ponctuer ses actions d'accompagnement avec des dispositifs cœrcitifs plus forts.
La mairie organise également des événements dédiés : une journée Portes ouvertes pour faire découvrir et vendre des logements vacants en centre-ville, des chantiers participatifs avec les habitants.

Tous mobilisés pour revitaliser un centre-bourg

Depuis le début de la mise en œuvre de la convention Opah-CB*, tous les acteurs politiques et techniques vont dans le même sens. Autre levier souligné par Anthony Koenig : "un travail partagé, avec les architectes des bâtiments de France (ABF), toutes les 6 semaines. Les dépôts de demande de travaux sont transmises après un rendez-vous avec l’ABF et les services de la ville, ce qui limite les refus et lenteurs administratives, mais surtout permet d’entraîner les propriétaires dans un projet qualitatif dont ils deviennent moteur".

Les perspectives d’un centre-ville attractif à Joinville

Le dispositif et les actions mises en place vont être pérennisés. Une ORT (Opération de revitalisation du territoire) est en cours de création. La mairie souhaite ainsi accélérer la revitalisation. Pour Bertrand Ollivier, maire de Joinville, "rendre le centre-ville de Joinville plus attractif est un enjeu majeur du territoire. Nous relevons cet ambitieux défi avec des actions incitatives, d’autres cœrcitives, en gardant toujours à l’esprit le fil conducteur du patrimoine. Et, surtout, en adoptant une solution globale et pérenne qui respecte les exigences de l’habitat, du commerce, du patrimoine ou de la mobilité".

 

* Opération programmée d’amélioration de l’habitat centre-bourg.