Imprimer
Accueil > Renforcer l’aide aux copropriétés dégradées
n° indigo : 0 820 15 15 15 (0,15 €/min)
29 avril 2009

Renforcer l’aide aux copropriétés dégradées

La rénovation des copropriétés dégradées, une des priorités de l’Anah, se voit amplifiée par le fonds exceptionnel octroyé à l’Agence dans le cadre du "plan de relance de l’économie". 50 millions d’euros lui sont en effet spécialement consacrés.
Conséquence : l’Anah étend son champ d’intervention aux copropriétés hors procédure Opah ou "plan de sauvegarde". Au total, les aides aux copropriétés dégradées devraient concerner 20 000 à 25 000 logements répartis dans 700 copropriétés, soit une hausse de l’action de l’Anah de plus de 60 %. Sur les 50 millions d’euros prévus, 30 sont affectés aux cinq régions les plus touchées : Bretagne, PACA, Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes et Île-de-France.

Des  procédures simplifiées

Pour simplifier et fluidifier les procédures, l’Anah versera des avances au démarrage du chantier. Jusqu’à présent, les sommes étaient versées sur présentation des factures, après la réalisation des travaux. Parallèlement, les commissions locales d’amélioration de l’habitat (CLAH) ne rendront plus d’avis systématique pour chaque opération.
Selon la Direction générale  des impôts, 250 000 à 300 000 logements étaient situés dans des copropriétés en difficulté en 2005. Celles-ci se caractérisent notamment par la dégradation de l’état du bâti, les difficultés de gestion, la paupérisation de l’occupation et la dépréciation sur le marché du logement. Toujours en 2005, on évaluait à 20% la part de logements en copropriété parmi l’ensemble des logements potentiellement indignes.