Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Dossiers

Guillestre : le centre médiéval retrouve son attrait

La commune de Guillestre s’est engagée avec l’appui de l’Anah et des services de la DDT (Direction Départementale des Territoires) dans une opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah) et des opérations de recyclage foncier. L’enjeu : rénover son centre-bourg dégradé. En complément, la commune conduit une politique de requalification des espaces publics et de revitalisation commerciale. 

Extrait des Cahiers de l’Anah n°152 – Photos : Gilles Lefrancq

Un centre médiéval dégradé

Nichée dans un splendide cadre de verdure, Guillestre (05) se situe au pied de plusieurs stations de ski, à mille mètres d’altitude. Sa population de 2 300 habitants augmente selon les saisons, jusqu’à 10 000 personnes, en raison de l’afflux de touristes attirés par les sports d’hiver, les sports de nature et le climat sec et lumineux. Mais cette jolie bourgade alpestre a aussi une face plus sombre, au propre comme au figuré : un centre médiéval très dégradé, avec des ruelles étroites et des bâtiments imbriqués les uns dans les autres où le soleil ne pénètre jamais. Sur certaines parcelles, la dégradation est si avancée qu’en août 2014, un immeuble s’effondre. Dans ces conditions, la vacance atteint le taux record de 40 % (14 % sur l’ensemble de la ville).

Par ailleurs, le nombre important de résidences secondaires (33 % du total) renchérit le prix du foncier dans une commune qui manque de logements sociaux (6 %). "Le département ne compte qu’un seul bailleur social et il n’est pas en mesure de répondre à toutes les demandes", regrette le maire, Bernard Leterrier.

Confort et accessibilité

L’accompagnement de la commune par la DDT se renforce en 2015 avec la création de l’Unité interdépartementale de conseil aux territoires des Alpes du sud. "Son soutien porte sur le décryptage des procédures et sert d’appui à la mise en relation de tous les partenaires du programme de revitalisation des centres-bourgs ainsi que sur le suivi du travail que nous effectuons en commun", précise Albane Dhaisne, la cheffe de projet centre-bourg.

Les objectifs de la commune, compétente en matière d’habitat, sont multiples : mettre les vieux immeubles aux standards actuels de confort et d’accessibilité, attirer de nouveaux habitants et créer des logements à loyer social. "Dans ce but, nous travaillons avec Les Architectes des bâtiments de France (ABF) pour installer des puits de lumière, régler les questions d’isolation thermique et conserver les caractéristiques médiévales du bâti et des éléments isolés et patrimoniaux tels que certains portails ou fenêtres", indique le maire.

Une convention Opah – Centre bourg en appui

La convention d’Opah Centre-bourg, signée en mars 2017, porte sur l’ensemble de la commune avec une concentration des aides sur le centre ancien. Au moins 142 logements seront réhabilités dont 46 dans le cadre d’opérations de résorption de l’habitat indigne (RHI) impliquant le recyclage foncier de trois îlots du centre ancien, là où se concentrent les plus grosses difficultés. Le bailleur social du département, l’OPH 05, prendra à sa charge dix logements sociaux mais, pour compléter l’opération, il faudra trouver des propriétaires occupants éligibles aux critères de l’Anah et des propriétaires bailleurs disposés à pratiquer des loyers conventionnés en échange des avantages dont ils bénéficieront pour moderniser leur bien.

La commune a racheté l’immeuble effondré en 2014 tandis que les autres parcelles seront acquises par l’Etablissement public foncier (EPF) Paca quand les arrêtés d’insalubrité irrémédiable auront été pris par le préfet, sur proposition de l’Agence régionale de santé (ARS).

De la parole aux actes

Aux yeux du maire de Guillestre, "le succès d’une telle opération de réhabilitation suppose de mettre en œuvre une politique globale incluant la requalification des espaces et des équipements publics ainsi que la revitalisation du commerce de proximité". En complément de l’Opah et du programme de revitalisation des centres-bourgs, la commune joint la parole aux actes en rénovant les réseaux urbains de son cœur médiéval, en lançant une AVAP (Aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine) et des actions de revitalisation commerciales.