Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Un service innovant pour inciter à louer les logements vacants

Photo Jérôme Dorkel

L’Eurométropole de Strasbourg propose aux propriétaires privés de relouer leurs habitations, actuellement sans occupants, à des fins sociales. Le point avec Syamak Agha Babaei, vice-président de l’Eurométropole de Strasbourg en charge de la politique de l’Habitat et du Logement.

À quels enjeux répond le dispositif que vous avez mis en place au sein de l'Eurométropole de Strasbourg ?

La vacance dans le parc immobilier de notre territoire est élevée : au sein des 28 communes de l’Eurométropole, on dénombre 3300 logements privés vides, dont 2202 à Strasbourg. Dans un territoire où 60 % des habitants sont locataires, le parc privé doit participer à l’effort de mixité sociale en matière d’habitat et proposer des logements locatifs accessibles aux ménages modestes. C’est vrai pour le logement social dans le neuf, cela doit être aussi le cas en secteur diffus dans le parc ancien existant. Après études, nous nous sommes rendus compte que les propriétaires privés détenant en moyenne 1,23 logement ne louent pas par peur des impayés, de la dégradation locative ou en raison de démarches administratives fastidieuses. Ce dispositif a été conçu pour lever tous ces freins.

Comment se traduit, concrètement, cette initiative ?

C’est une sorte de "boîte à outils" destinée aux propriétaires de logements vacants depuis au moins trois ans. Le premier volet concerne la gestion patrimoniale : il s’agit d’accompagner et de conseiller le propriétaire sur la façon de valoriser son bien et, si besoin, l’aider à monter un dossier de subvention auprès de l’Anah pour réaliser des travaux. Le second volet porte sur la gestion locative : l’opérateur local, Soliha Alsace, a pour mission d‘expliquer le fonctionnement du conventionnement Anah et d’informer sur l’intermédiation locative. En cas de travaux, plusieurs aides sont prévues : une subvention de l’Anah, une prime de l’Eurométropole en cas de conventionnement et un abondement de la commune concernée. Trois banques proposent des crédits locaux à taux zéro destinés à financer le reste à charge des travaux et faciliteront le montage des dossiers. Enfin, le dernier volet porte sur le référencement de 53 entreprises capables d’effectuer ces travaux.
 
De quelle manière prévoyez-vous d’encourager le conventionnement des logements vacants ?

Le recours à l’intermédiation locative se fera uniquement par un "conventionnement Anah" systématique des logements, en social ou très social, avec ou sans travaux. En cas de travaux, les loyers seront uniquement sociaux ou très sociaux. Ainsi pour commencer, nous prévoyons de "sortir" de la vacance près de 100 logements privés par an !