Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Un réseau inter-régional de l’arc méditerranéen

Photo Stephan Norsic

En 2015, l’Anah a lancé le réseau des quartiers anciens de l’arc méditerranéen pour renforcer les échanges de bonnes pratiques entre acteurs locaux. Son objectif : faciliter la mise en œuvre des dispositifs complexes nécessaires à la réhabilitation de ces quartiers.

Pourquoi l’arc méditerranéen ? Parce que ce périmètre (littoral Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, PACA et Corse) comporte une grande part de quartiers anciens confrontés à des problématiques d’habitat dégradé et de copropriétés en difficulté. Nombre d'entre eux relèvent de la politique de la ville et cumulent les difficultés : précarité des habitants, immeubles et contextes urbains inadaptés aux besoins actuels, vacance de longue durée, carence de logements sociaux. Cette déprise est en lien avec le développement de zones pavillonnaires périurbaines très consommatrices de foncier.

Comme le démontrent les exemples de Toulon, Montpellier ou Vallauris, la réhabilitation des centres anciens leur redonne de l'attractivité. Le redressement passe par des actions incitatives et coercitives qui exigent une ingénierie très pointue. Le but du réseau des quartiers anciens de l’arc méditerranéen est de faire émerger des solutions locales pour aider les collectivités à conduire des opérations efficaces. Comment ? En organisant des échanges entre acteurs, en travaillant à la mise en place d’un répertoire des bonnes pratiques et en identifiant des référents locaux.

Une quarantaine de villes et d’établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) ont suivi les deux premières réunions en 2015. Participaient aussi à ces rencontres les acteurs locaux tels que les directions départementales des territoires et de la mer (DDT/M) et les directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) ou des agences d’urbanisme. Les participants ont souhaité impliquer également les bailleurs sociaux et les établissements publics fonciers (EPF).