Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Trois voies d’amélioration pour l’adaptation de l’habitat des personnes âgées

Le 11 décembre dernier, la directrice générale de l’Anah, Isabelle Rougier, et le directeur de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), Pierre Mayeur, ont remis leur rapport sur l’adaptation des logements des personnes âgées à la ministre de l’Égalité des Territoires et du Logement, Cécile Duflot, et à la ministre chargée des personnes âgées et de l’autonomie, Michèle Delaunay.

 

La thématique du logement et celle du vieillissement sont fortement liées : 41 % des propriétaires éligibles aux aides de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) ont entre 75 et 84 ans. Par ailleurs, l’adaptation des logements à la perte d’autonomie est un enjeu qui ne cesse de prendre de l’importance avec l’accroissement de la part des personnes âgées de plus de 60 ans dans la population française : elles seront plus de 20 millions en 2030 et 24 millions en 2060, contre 15 millions aujourd’hui, selon les projections de l’INSEE. L’Anah évalue à deux millions le nombre de logements qui pourraient nécessiter une adaptation dans les années à venir. Si le coût des travaux d’adaptation est à la portée de la plupart des ménages, des aides publiques existent pour les personnes âgées dont les ressources sont trop limitées pour envisager de tels investissements.

S’appuyant sur leur partenariat noué en 2010, l’Anah et la Cnav identifient trois voies d’amélioration pour favoriser l’adaptation de l’habitat aux personnes âgées et atteindre l’objectif, fixé par le Président de la République, de 80 000 logements adaptés d'ici la fin de son quinquennat.

  • Il s’agit, en premier lieu, de simplifier le parcours du demandeur autour du pivot Anah-Cnav. Cette simplification passerait par l’élaboration d’un diagnostic commun entre les deux organismes, portant sur le logement et la situation de la personne, un accompagnement par un même opérateur tout au long de la démarche, et par un dossier de demande d’aide unifié, les documents sollicités valant pour les deux organismes. Les financements de l’Anah et de la Cnav pour l’ingénierie d’accompagnement seraient également harmonisés.
  • La deuxième voie d’amélioration mise en avant par le rapport réside dans une meilleure sensibilisation et information des personnes âgées, des professionnels et des aidants à la réalisation de travaux d’adaptation. Dans cette optique, un guide sera publié en 2014, tandis que la structuration et la coordination des réseaux d’information au plan local seront améliorées avec le concours de l’Anah et de la Cnav. Pour ce qui est des professionnels du bâtiment, ils seraient davantage mobilisés sur l’enjeu « autonomie » grâce, notamment, au développement et à l’amélioration de labels (« Handibat » et « Pro de l’accessibilité »).
  • Enfin, le rapport formule des propositions afin de favoriser l’égalité du traitement sur les territoires. Il propose de mieux planifier les besoins en offre de logements adaptés au plan départemental en donnant ce rôle au schéma gérontologique. Il invite également chaque département à porter, avec le soutien de l’Anah, un programme d’amélioration de l’habitat orienté vers le maintien à domicile.

Le rapport insiste, par ailleurs, sur l’importance de la rénovation énergétique, qui constitue une condition du maintien à domicile des personnes âgées. Ces travaux devraient davantage être couplés avec l’adaptation des logements.

Les propositions du rapport ont pour objectif prioritaire d’adosser étroitement les modalités d’intervention et de financement de l'Anah et la Cnav, mais aussi de renforcer leur articulation avec l’ensemble des acteurs intervenant sur le sujet.