Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Protéger le patrimoine pour faire revivre les centres-bourgs

Photo Avallon DR

Levier d’attractivité, opportunités de développement touristique et de restauration immobilière, la protection du patrimoine est au cœur du programme de revitalisation des centres-bourgs. En témoignent les projets menés à Avallon (Yonne), Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire) et Langres (Haute-Marne).

Avallon (89), sa vallée du Cousin et ses jardins en terrasse, son patrimoine végétal, ses remparts, ses monuments, ses espaces publics et bâtiments remarquables… Pour Myrtille Biarne, chargée de mission centre-bourg de la ville, "cette richesse architecturale et paysagère est un atout. Avallon va s’en servir pour repenser son attractivité". Ainsi, la petite ville bourguignonne entend inciter à défricher les jardins ou encore restaurer les murs en coteau. Objectif : faire du paysage un vecteur d’attractivité économique et de flux touristique. Avallon a aussi l’ambition de rénover son patrimoine bâti architectural en soutenant les initiatives privées. À l’image de la requalification des entrées de villes, des rues, ruelles et esplanades de la ville, des aménagements qualitatifs seront créés et participeront ainsi à renouveler l’image du territoire.

À Doué-la-Fontaine (49), le projet repose sur un retour des familles en centre-ville, tout en renforçant l’attrait touristique. "Notre patrimoine est atypique, doté d’un bâti exceptionnel souvent lié à des édifices troglodytiques, dont les vestiges d’une maison carolingienne, de moulins, et de nombreuses demeures antérieures au XIXe siècle", précise Damien Binos, directeur du pôle aménagement durable de la Communauté de Communes de Doué-la-Fontaine. En 2017, la création d’une Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) permettra de sensibiliser la population aux richesses existantes et de préserver le bâti historique. Les mécanismes de défiscalisation, liés à la loi Malraux, pourront servir de levier, en complément des dispositifs de l’Anah et des subventions locales. C’est aussi un point de vue environnemental et touristique que la commune défend, avec la liaison vers les sites protégés des Perrières et de la Zone Naturelle de la Plaine de Douces, où les continuités écologiques seront préservées.

Langres (52), entourée de 8 km de fortifications, dispose d’un centre historique à l’architecture remarquable et homogène (maisons Renaissance, hôtels particuliers…). Pour Laurence Lajus, chargée de mission revitalisation centre-bourg de la Communauté de communes du Grand Langres, "ce patrimoine se vide, il doit s’adapter aux exigences et contraintes de la modernité tout en conservant ses caractéristiques architecturales qui en font l’une des plus belles villes de France". La ville accompagnera les propriétaires pour des travaux de rénovation de façades, de moulures et de statues... Par des actions spécifiques, elle rénovera également une partie du patrimoine communal de grande valeur comme la Maison Renaissance. Langres et la Communauté de Communes souhaitent aussi aider les commerçants à engager des travaux importants pour l'accessibilité des commerces, ces derniers n’étant pas toujours dissociés des logements.