Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Portage ciblé : un coup de pouce pour l’ingénierie

Photo Stephan Norsic

Face aux difficultés des copropriétés très endettées, le portage ciblé a apporté la preuve de son efficacité. Pour dynamiser le déploiement de cet outil, l’Anah proposera dès janvier une nouvelle aide incitative, dédiée à l’ingénierie. Décryptage.

Créée il y a une dizaine d’années en Ile-de-France, la coopérative HLM CoproCoop s’est spécialisée dans les opérations de portage ciblé en direction des copropriétés en difficulté. L’enjeu : accompagner le redressement des copropriétés par une action ciblée auprès des propriétaires les plus endettés. La plupart du temps, cela se traduit par le rachat des lots, qui seront, après travaux, revendus à des propriétaires solvables. "En dix ans nous avons mené une douzaine d’interventions de portage ciblé totalisant 60 lots, dont la moitié ont été revendus", explique Pierre Roussel, directeur du développement de CoproCoop. Des volumes qui peuvent paraître limités mais qui s’expliquent par la durée et la complexité d’opérations qui nécessitent "un travail de dentelle adapté à chaque logement et qui mobilisent par ailleurs beaucoup de fonds propres".


"Mieux répondre aux besoins de chaque opération"

Dans ce contexte, l’annonce de la création par l’Anah d’une nouvelle aide dédiée à l’ingénierie du portage ciblé apparaît comme une bonne nouvelle. Complétant l’aide aux travaux déjà proposée par l’Agence, cette subvention d’un montant maximum de 21000 € par logement permettra de prendre en charge les dépenses relatives à la conduite du projet, aux frais de gestion et à l’accompagnement social/relogement des ménages. "Versée en début de projet, cette subvention va considérablement changer la donne, en particulier dans les opérations hors périmètre ANRU* qui ne bénéficiaient pas de système de garantie du déficit, poursuit Pierre Roussel. Elle permettra d’offrir plus de souplesse dans les interventions et de mieux répondre aux besoins propres à chaque opération, sans craindre les surcoûts qui risqueraient de ne pas être compensés à la revente des biens." 
De quoi inciter d’autres acteurs à s’investir davantage dans le portage ciblé ? "Je le souhaite, indique Pierre Roussel. Pour l’instant nous sommes quasiment les seuls spécialistes en Ile-de-France et seuls quelques grands bailleurs sociaux régionaux se sont lancés sur ce créneau. Je crois sincèrement que cette aide est de nature à viabiliser le modèle économique de cette activité."  

 

* Agence nationale pour la rénovation urbaine