Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Les Locaux-Moteurs : un réseau d’habitants « repéreurs »

DR

En Maine-et-Loire (49), l’association "Les Locaux Moteurs", créée en juillet 2015, informe sur les aides de l’Anah en misant sur le bouche à oreille organisé. Ce sont des habitants volontaires qui sensibilisent d’autres futurs bénéficiaires. Une initiative innovante.

Sensibiliser à la précarité énergétique les propriétaires occupants aux revenus modestes et améliorer les performances énergétiques des logements en zone rurale. Telles sont les missions de l’association "Les Locaux-Moteurs". Cette dernière est née d’un constat : une tranche de la population échappe au dispositif de l’Opah *, lancé il y a quatre ans dans la communauté de communes de Baugé-en-Anjou et du canton de Noyant. "Soit l’information ne parvient pas jusqu’à ces ménages, soit ils ne s’en saisissent pas de peur d’être stigmatisés socialement", explique Claudine Pézeril, fondatrice des Locaux-Moteurs. "L’équipe est composée de sept personnes volontaires, habitant ces territoires. Elles ont été recrutées pour leurs qualités humaines et leur connaissance fine du territoire et sont rémunérées au titre d’une mission d’utilité sociale".

L’originalité : l’habitant parle à l’habitant

Une fois formé, le "Locaux-Moteur" sillonne les campagnes pour parler de l’offre Habiter Mieux. Il s’appuie sur des adresses signalées par les communes et un réseau de proximité. Il s’agit "de savoir raconter simplement le dispositif de l’Opah et les aides aux travaux qui vont avec", précise la directrice de l’association. "Nous rencontrons un ménage en difficulté et lui demandons s’il en connaît d’autres dans sa situation. Je mise sur le discours de pair à pair qui supprime les filtres de la complexité administrative et dédramatise l’accès au dispositif de l’Opah." L’habitant missionné recense les besoins du ménage sur une fiche logement qu’il envoie au service habitat du département de Maine-et-Loire. Après examen du plafond de ressources, la fiche est transmise à l’opérateur qui établit un diagnostic et des scénarios de travaux. Et le pari est réussi : neuf ménages sur dix acceptent d’ouvrir leur porte à l’association, et plus d’un sur trois bénéficie finalement d’un accompagnement.

Un partenariat multiple

L’association vient de terminer une phase d’expérimentation de 10 mois, soutenue par le département de Maine-et-Loire, rejoint ensuite par l’ARS** des Pays de la Loire, la Fondation de France et la fondation MACIF. Une seconde expérimentation va démarrer sur quatre communes du même EPCI***. Géraldine Guyon, chef du service Habitat Urbanisme du département de Maine-et-Loire témoigne : "L’action des Locaux Moteurs est intéressante car elle permet de repérer davantage de ménages. Or, il est compliqué de trouver des financements. Nous avons encouragé l’association à se positionner sur l’appel à projet d’AG2R". Une opportunité dont l’association s’est saisie. "Nous avons vocation à soutenir les territoires ruraux en difficulté socio-économique", résume Claudine Pézeril. L’ambition serait d’essaimer le dispositif sur toute la région des Pays de la Loire.

* Opération programmée d’amélioration de l’habitat
** Agence régionale de santé  
*** Établissement public de coopération intercommunale