Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Le chef de projet Action Cœur de ville : un rôle indispensable

Photo DR

Dans le cadre du programme Action Cœur de ville, l’Anah finance dans chaque commune retenue le poste de chef de projet. Son rôle ? Piloter les actions et coordonner l’ensemble des acteurs.

C’est à Lunéville que la toute première convention du plan gouvernemental Action Cœur de ville a été signée le 7 juin dernier. La commune de Meurthe-et-Moselle est donc la première à être entrée dans la phase opérationnelle du plan, qui prévoit de nombreuses actions avec le soutien de plusieurs partenaires institutionnels et financiers. Ce programme ambitieux et complexe requiert un suivi constant ; c’est pourquoi le plan Action Cœur de ville a prévu la création d’un poste de chef de projet, financé par l’Anah, à hauteur de 40 000 euros par an, dans chaque ville concernée. À Lunéville, ce poste est occupé depuis mai par Bernard Genay.

Courroie de transmission

"Il fallait quelqu’un pour être l’interlocuteur privilégié de tous les partenaires du plan : l’Anah, Action Logement, la Banque des Territoires (Caisse des Dépôts et Consignations), l’ANRU, la communauté de communes, l’Epareca, ", énumère celui qui, quelques mois plus tôt, était en charge de l’habitat à la mairie. Crucial pour le bon fonctionnement du plan, le chef de projet est en effet chargé de coordonner toutes les actions et l’ensemble des partenaires. À l’instar de ses homologues dans les autres villes du plan, Bernard Genay synthétise les demandes, lance les études d’ingénierie, met en place les cahiers des charges avec les différents partenaires du dispositif... En un mot, il incarne le chef d’orchestre du plan et l’interlocuteur de référence pour tous les acteurs – un rôle essentiel de "courroie de transmission", résume l’intéressé.

Premières actions

Bernard Genay a également été associé à l’élaboration du plan d’action pour Lunéville : "Avant la signature de la convention, nous nous sommes partagés les rôles avec le directeur général des services. Lui s’est attaché à la rédaction de la convention cadre tandis que de mon côté, j’ai rédigé les 16 « fiches actions » qui détaillent l’ensemble des mesures précises qui seront menées dans le cadre du plan", rappelle-t-il. Les premières sont d’ores et déjà engagées avec la construction d’un cinéma, la réhabilitation d’un hôtel abbatial avec espace muséal, d’autres sont en projet comme la création de deux logements dans le centre-ville et le réaménagement complet de l’espace gare. Le tout sous la supervision vigilante du nouveau chef de projet.