Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

La Maîtrise d’ouvrage d’insertion à l’œuvre pour le "logement d’abord"

Photo Francis Blas

Une association, basée dans le Gers, rénove maisons et petits immeubles d’habitation pour les transformer en logements à loyers modérés.

 

Avec l’annonce des 25 lauréats de l’AMI Logement d’abord le 30 mars dernier, la production de logements abordables pour les personnes sans-abri et mal logées s’inscrit dans les priorités de l’Anah. Une mission qui est précisément celle de l’association "Un logement pour revivre". Cette dernière a reçu en 2011 un agrément de l’État pour la maîtrise d’ouvrage d’insertion (MOI). En 2015, l’agrément a été étendu sur trois départements : le Gers, la Haute-Garonne et le Tarn-et-Garonne. "Depuis, nous avons pour objectif de doubler notre parc de logements très sociaux pour 2020, avec 50 logements" espère Roger Lefort, son Président.

La petite structure - son bureau opérationnel est composé de 9 membres - rénove des bâtiments insalubres à des fins de logements sociaux, par la mise en œuvre de baux à réhabilitation. Après étude de la faisabilité technique, financière et sociale du projet, un accord, signé devant notaire, est passé entre un propriétaire et l’association. Le premier accepte de mettre son bien à disposition pendant 15 ans minimum, la seconde s’engage à réaliser tous les travaux nécessaires dans le respect des normes. Une fois examiné par un architecte et réhabilité, le bâtiment est géré par l’association. Les logements aménagés sont loués à des familles éligibles aux minima sociaux. À la fin du bail, l’habitation, entièrement rénovée, est restituée à son propriétaire.

De nombreux acteurs engagés

"Par le biais de subventions, l’Anah participe très largement au financement des travaux de rénovation", explique Veronika Bonté, instructrice Anah du Gers, chargée d’agréer les projets présentés, validés après analyse de leur pertinence et de leur localisation. Début 2018, deux opérations se sont achevées, avec le concours financier de l’Anah : la réhabilitation d’une maison individuelle près de Toulouse, et la création de trois logements très sociaux à Condom. Cette dernière opération a été financée à près de 50% par l’Agence.
La fondation Abbé Pierre, les communes, le conseil départemental et régional peuvent également apporter leur contribution. Le solde est assuré par un emprunt. "L’association travaille sur les besoins réels du territoire, identifiés dans le PDALHPD*. De plus, en milieu occupé, les travaux permettent aux familles de sortir de logements insalubres et indignes", souligne Hélène Genaux, responsable de l’unité Habitat au sein de la Direction départementale des territoires du Gers. Et de citer un dernier effet positif du dispositif, auquel on pense moins : il contribue à la revitalisation des centres-bourgs, parfois très dégradés.

* Plan départemental d’action pour le logement et l’hébergement des personnes défavorisées