Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Intermédiation locative : un dispositif incitatif et solidaire

Photo Cyril Chigot

En Charente-Maritime, une agence immobilière à vocation sociale (AIVS) mise sur l’intermédiation locative pour favoriser l’accès des ménages les plus modestes à des logements privés.

 

 

En Charente-Maritime (17), les familles modestes rencontrent de vraies difficultés pour trouver un toit. "La faute à des loyers trop élevés sur la façade maritime et à un manque certain de logements sociaux sur le territoire", analyse Lionel Rizzo, responsable du Parc privé et de la Politique de l’habitat à la DDT/M* de Charente-Maritime. Pourtant, des solutions existent, à l’image de l’intermédiation locative. Ce dispositif vise à trouver dans le parc privé, via l'intervention d'un tiers, des logements à loyers maîtrisés et immédiatement disponibles. "Notre rôle est de rassurer les propriétaires en sécurisant les risques d’impayés. Pour cela, nous mettons en place un accompagnement personnalisé et préventif des locataires", détaille Carole Lecurieux, responsable d’Alizés 17. Cette agence immobilière à vocation sociale (AIVS) du réseau Fapil**, la seule en Charente-Maritime, joue un rôle de médiateur entre les locataires en difficulté et les propriétaires. Pour ces derniers, les avantages sont légion : gestion locative adaptée, frais d’agence moins élevés, garantie du paiement des loyers et des charges, avantages fiscaux majorés sous certaines conditions, ou encore faible "turn-over" des locataires.

Une prime incitative de 1 000 euros
Fin 2015, l’Anah a également lancé une prime d'intermédiation locative de 1 000 € pour inciter les propriétaires à confier leur logement à un organisme agréé type de Soliha AIS ou une AIVS pour le réseau Fapil. Dans le département, Alizés 17 gère un portefeuille de 129 logements. Des chiffres en constante augmentation, mais encore faibles au regard du marché immobilier. En un an, sept primes d’intermédiation locative de l’Anah ont été versées. "Il existe une certaine frilosité des propriétaires bailleurs privés qui hésitent encore à louer leur bien à des ménages fragiles", estime Carole Lecurieux. L’Anah et ses partenaires ont donc décidé de passer la vitesse supérieure. En multipliant les campagnes de sensibilisation auprès des propriétaires, ils entendent doubler le nombre de primes versées en 2017. De son côté, l’agence Alizés 17 ambitionne d’atteindre la barre des 300 mandats de gestion d’ici à la fin 2018.


* Direction départementale des territoires et de la Mer
** Fédération des associations et des acteurs pour la promotion et l'insertion par le logement