Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Hauts-de-France : coup de pouce pour les propriétaires modestes

Arras - Photo de Didier Gauducheau

La Région Hauts-de-France a lancé en mars 2018 l'Aide à la Rénovation Énergétique des Logements privés (AREL) pour les propriétaires modestes.

Sur certains territoires, la rénovation énergétique est une problématique particulièrement pressante ; c’est le cas des Hauts-de-France. "La région cumule un bâti ancien et un gisement important de propriétaires occupants modestes, éligibles aux aides de l’Anah. Dans plusieurs zones, ils représentent 70 % des propriétaires occupants !", analyse Sophie Huchette, responsable du Pôle Habitat Construction à la Dreal* Hauts-de-France. Pour lutter contre cette situation, la Région a voté en mars dernier un dispositif expérimental d’aides directes, baptisé AREL.

Coup de pouce financier

"Il fallait prendre le problème de la précarité énergétique à bras-le-corps, en s’attaquant au cœur du sujet : le financement du reste à charge, point de blocage pour les ménages les plus modestes", résume Frédéric Nihous, Conseiller régional et membre de la commission sur l’aménagement du territoire et la transition énergétique. Le principe ? Un coup de pouce financier versé par la Région, complémentaire aux autres dispositifs, et d’un montant de 1000, 1500 ou 2000 € selon le montant des travaux et la localisation du logement (en zone rurale ou non). L’aide n’est accessible qu’à partir d’un gain en économie d’énergie de 35 %, et une fois que l’agrément de l’Anah a été donné. "L’Anah est un partenaire de confiance : nous considérons que son agrément vaut passeport pour bénéficier du dispositif AREL", explique Frédéric Nihous.

Triple objectif

La Région a débloqué 4,7 millions d’euros pour alimenter le dispositif, avec un triple objectif en vue : écologique, grâce à la réduction de la consommation d’énergie ; social, en permettant à des ménages modestes d’améliorer leur confort ; et économique, en multipliant les chantiers pour les artisans locaux. L’expérimentation doit s’achever en décembre 2018… pour être pérennisée, si elle a prouvé son efficacité d’ici là.

 

* Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement