Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Grigny 2, une requalification d’intérêt national

Photo service communication - mairie de Grigny

Dans l’Essonne, la copropriété Grigny 2, qui représente près de la moitié de la ville, fait l’objet d’une Opération de requalification de copropriétés dégradées d’intérêt national (Orcod-IN). Zoom sur les apports de ce dispositif de redressement issu de la loi Alur.

Avec 5 000 logements et plus de 13 000 habitants, Grigny 2 est l’une des copropriétés les plus importantes d’Europe. Mais aussi l’une des plus dégradées ! Depuis plusieurs années, elle est confrontée à de graves difficultés urbaines et sociales : gestion complexe, situation financière très difficile, paupérisation des locataires et copropriétaires, fraude immobilière et concentration de marchands de sommeil…

Une démarche partenariale pour mieux coordonner l’intervention publique
Pour enrayer la spirale de dégradation, l’opération de requalification de copropriétés dégradées a été déclarée d’intérêt national (Orcod-IN) par décret publié au Journal Officiel du 27 octobre 2016. "Ce dispositif mobilise des moyens financiers exceptionnels de l’Etat, de ses opérateurs et des collectivités locales, explique Véronique Giacobino, chargée de mission territoriale à l’Anah. Cette démarche partenariale inscrit ces investissements dans une stratégie d’ensemble pour mieux coordonner l’intervention publique dans les copropriétés dégradées, tout en renforçant les dispositifs existants, tel que le Plan de sauvegarde adopté en 2014 pour cinq ans."


Scinder la copropriété pour faciliter sa gestion
C’est l’Etablissement public foncier d’Île-de-France (EPFIF) qui est chargé de la mise en œuvre de l’Orcod-IN et du pilotage des actions des partenaires*. Dès la signature de la convention entre partenaires publics, attendue début 2017, l’EPFIF procédera notamment au portage et à l’acquisition massive de logements. Il aura également pour mission de poursuivre la scission de la copropriété, inscrite au Plan de Sauvegarde. "L’enjeu est de revenir à un niveau de gestion plus adapté, celui d’un immeuble plutôt que de tout un quartier, en supprimant le syndicat principal et les charges associées", précise Mehdia Humez, directrice du projet Grigny 2 à l’EPFIF. De son côté, l’Anah apporte son expertise technique et cofinance, depuis 2015, les travaux d’urgence (garde-corps, ascenseurs, étanchéité) ainsi que les travaux d’installation du réseau d’eau et de chauffage appartenant à la copropriété.

Un projet d’habitat et de renouvellement urbain
A terme, les moyens financiers supplémentaires vont permettre d’accélérer la lutte contre l’habitat indigne et de réaménager le quartier pour en améliorer l’attractivité. "Nous traitons à la fois la dégradation de la copropriété et son environnement pour un redressement durable de la situation, qui se traduit par exemple par la création ou le réaménagement des voiries et parkings ou la recomposition d’espaces publics", souligne Véronique Giacobino. L’Orcod-IN s’accompagne en effet d’un vaste projet urbain, inscrit dans le NPNRU (nouveau programme national de renouvellement urbain), pour requalifier les quartiers des Tuileries et des Sablons, en lien étroit avec les projets d’aménagement et de renouvellement urbain envisagés dans les autres secteurs de Grigny (Grande Borne, centre-ville) et le territoire de Grand Paris Sud.

* Etat, Région Île-de-France, Conseil départemental de l’Essonne, Ville de Grigny, Agglomération Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart, Anah, ANRU, Ademe, ARS, Ministère de la Justice, tribunal de Grande instance, Caisse des Dépôts, Etablissement public foncier Île-de-France, AORIF et bailleurs partenaires du projet.