Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Contre la précarité énergétique, l’initiative "Rénovons !" mise sur Habiter Mieux

Photo DR

Portée par diverses organisations dont le réseau Cler*, la Fondation Abbé Pierre ou Action climat France, l’initiative "Rénovons !" appelle à un grand plan national contre la précarité énergétique. Pour cela, il préconise notamment de renforcer le dispositif Habiter Mieux de l’Anah.

 

 

Le 21 janvier dernier, les membres de l’initiative "Rénovons !" lançaient un appel pour une politique ambitieuse de rénovation énergétique. "Nous proposons une dizaine de mesures pour promouvoir et massifier la rénovation énergétique et ainsi faire diminuer de manière significative et durable la précarité énergétique", indique Danyel Dubreuil, membre du réseau Cler* et coordinateur de cette initiative. Objectif à atteindre : plus aucun logement de type F ou G en 2025, comme le prévoit la loi de transition énergétique pour une croissance verte.

Pour étayer ses propositions, le collectif s’appuie sur une étude réalisée par un cabinet d’experts indépendants. Ce dernier a chiffré précisément ce que coûterait la rénovation des 7,4 millions de passoires énergétiques du parc privé français. Il a par ailleurs évalué quels en seraient les bénéfices sur le plan économique, sociétal ou environnemental. Ainsi, le plan d’action de l’initiative "Rénovons !" coûterait 80 milliards d’euros sur 10 ans, dont 36 milliards seraient financés par l’État. Pour ce qui est des impacts positifs, l’étude prévoit une diminution de 12,5% des gaz à effet de serre dans le secteur résidentiel. La consommation d’électricité annuelle des ménages pourrait, quant à elle, baisser de 4,7%. Par ailleurs, la mise en place de ce plan entrainerait la création de 126 000 emplois.

Garantir le développement du programme Habiter Mieux

La feuille de route préconise par ailleurs de renforcer le programme Habiter Mieux au profit des ménages les plus modestes. "Nous savons que la moitié des familles en situation de précarité vit dans une passoire énergétique. D’où l’intérêt d’agir davantage auprès de ces foyers." Les signataires demandent que les budgets alloués au dispositif soient augmentés et, surtout, qu’ils soient garantis sur trois ans. "Il est important que ce programme ne soit pas soumis à des variations annuelles, ce qui complique sa mise en œuvre. En stabilisant Habiter Mieux, nous réussirons, mécaniquement, à augmenter les volumes de chantiers engagés et les performances de ces chantiers."

* Réseau pour la transition énergétique (anciennement Comité de liaison pour les énergies renouvelables)