Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Centres-villes en Normandie : un patrimoine à réhabiliter

Photo Stephan Norsic

Dans un contexte de lutte contre la dévitalisation des centres-villes, l’Anah a renouvelé la convention sur les villes reconstruites de Normandie. Reconduit en mars dernier, ce partenariat s’enrichit d’un nouvel appel à projets.

 

À l’exception de Rouen, les centres-villes de Normandie reconstruits après la guerre ont enregistré une baisse de population entre 2006 et 2013. Une désaffection qui se traduit par la vacance des logements et le départ des commerces et des services. En cause, l’image et le confort vieillissants de ces quartiers. L’objectif de la convention pour la redynamisation de ces centres-villes reconstruits est d'enrayer le phénomène. Elle a été reconduite en mars dernier. 

Rénover et valoriser un patrimoine atypique

Les partenaires signataires – notamment l’État, la Région, l’Anah et l’Ademe – agiront ensemble pour revitaliser ces centres-villes, en tenant compte de leurs spécificités. "L’idée est de revaloriser le label des villes reconstruites après-guerre, en travaillant à la fois sur la qualité du bâtiment et l’image urbaine, explique Lionel Hermange, chef du bureau Logement et Construction à la Dreal* Normandie. C’est un patrimoine atypique, avec des problématiques de conservation, mais aussi de réhabilitation thermique et sonore". Les partenaires s’engagent ainsi à soutenir les travaux de rénovation, mais aussi à restaurer cette architecture unique.

10 millions d’euros de subventions 

Mesure phare de la convention, un appel à projets portant sur la revalorisation du patrimoine a été lancé dès avril par la Région, à destination de seize villes moyennes reconstruites et de trois pôles urbains plus importants (Caen, Rouen et Le Havre). Les cinq villes retenues se partageront une aide de 10 millions d’euros pour mener des travaux de rénovation du bâti. Un dispositif ambitieux, que l’Anah viendra compléter par ses aides. "L’accent sera mis sur les copropriétés en difficulté, conformément aux priorités nationales de l’Anah", pointe Lionel Hermange.


* Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement.