Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

Centres-bourgs : le choix du recyclage foncier

Relations urbaines / Guillestre

Les communes de Pouancé (Maine-et-Loire) et Guillestre (Hautes-Alpes) sont deux lauréates du programme centres-bourgs. Elles prévoient de restructurer plusieurs logements anciens et pour cela, elles ont choisi de s’appuyer sur des outils coercitifs.

Pouancé (49)

Avec des commerces en grande difficulté et un taux de logements vacants de presque 50%, l’hyper-centre de Pouancé devait impérativement se redynamiser. Le projet lauréat du programme centres-bourgs concerne un ensemble de huit immeubles anciens regroupés dans un îlot majeur en plein cœur du centre-ville, tous très dégradés. En 2011, le territoire a déjà lancé une opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah) qui a eu peu d’effet sur le cœur de ville. "Nous nous sommes alors dit qu’il fallait aller vers des mesures coercitives", explique Pierre Trévin, chef de projet. L’opération doit mêler ORI 1 et RHI/THIRORI 2. Il s’agit de convaincre les propriétaires d’engager eux-mêmes les travaux. Sinon, c’est la commune qui récupèrera le bien. "Une dizaine de propriétaires différents sont concernés et beaucoup n’habitent plus la commune. Il y a donc un grand travail de négociation et de concertation à faire avec eux."

En fonction de l’état du bâti et des procédures qui seront prises, deux scénarios pourront être envisagés : une restructuration lourde ou une démolition partielle avant reconstruction. La commune espère y créer des logements familiaux avec un petit extérieur. "Dans la région, les familles ont tendance à s’éloigner beaucoup des centres-villes pour avoir de très grands espaces. Il faut donc que nous ayons des logements fonctionnels et attractifs", conclut Pierre Trévin.

Guillestre (05)

Bibliothèque, gymnase, école… Depuis quelques années, cette petite commune fortifiée investit beaucoup dans son centre-ville. En parallèle, elle prévoit une réhabilitation de près d’une centaine de logements. 25 immeubles répartis sur trois îlots situés en plein centre devraient faire l’objet de mesures coercitives. "En août 2014, un immeuble vacant s’est effondré. Cela a suscité une prise de conscience sur l’état de ces bâtiments", raconte Albane Dhaisne, chef de projet. Des discussions ont déjà été lancées avec les propriétaires. "La plupart d’entre eux possèdent ce patrimoine depuis des années mais n’ont pas de projet de réaménagement. C’est pourquoi nous allons passer par la RHI ou l’ORI, pour les amener à se positionner."

La mairie va notamment devenir propriétaire du bâtiment qui s’est écroulé ainsi que d’une maison située juste à côté. Un bailleur social a par ailleurs déjà accepté de mener une opération de logements sociaux sur cet îlot. Au total, la ville de Guillestre, espère créer 46 logements T2 ou T3. Le projet est estimé à plus de 4 millions d’euros et sera financé, en partie, par les subventions de l’Anah et de la Région.

1. Opérations de restauration immobilière
2. Résorption de l’habitat insalubre irrémédiable et traitement de l’habitat insalubre remédiable et des opérations de restauration immobilière