Accès rapide : contenu | navigation | recherche |

ANAH – Agence nationale de l’habitat

Une réponse territoriale aux enjeux de l'habitat privé
Accessibilité  
ImprimerEnvoyer

Aubervilliers : un "Popac" pour finaliser la réhabilitation d’une copropriété

Photo DR

Depuis 2017, le 60/62 rue Sadi Carnot à Aubervilliers bénéficie d’un Popac. Plaine Commune, accompagnée par la délégation locale de l’Anah de Seine Saint Denis a mis en place ce programme opérationnel d’accompagnement qui permettra de poursuivre les actions de redressement et de finaliser la réhabilitation de la copropriété. État des lieux.

En presque dix ans, le 60/62 rue Sadi Carnot à Aubervilliers (93) a complètement changé d’apparence. En proie à de grosses difficultés, la copropriété a fait l’objet d’un plan de sauvegarde en 2010. Une procédure qui a permis de réaliser de gros travaux (changement de la chaudière, des ascenseurs…) "Mais, pour redresser efficacement une copropriété, dix années minimum sont nécessaires. C'est pourquoi, à l’issue du plan de sauvegarde en 2017, la collectivité  a mis en place un programme opérationnel de prévention et d’accompagnement en copropriété (Popac) soutenu par l’Anah", souligne Souleymane Diallo, chef de projet chez Ozone.

Un Popac pour accompagner les copropriétés fragiles

Via les Popac, l’Anah propose aux copropriétés fragiles un accompagnement sur mesure afin de prévenir l’aggravation de leurs difficultés. Dans le cas de cette copropriété, il permettra de finaliser les actions menées dans le cadre du plan de sauvegarde. L’opérateur Ozone pilote le programme. "Nous travaillons avec plusieurs partenaires. L’Association des Responsables de Copropriétés (ARC) gère, avec nous, la mise en œuvre des actions pour améliorer la gestion et le recouvrement des impayés. Un architecte conseil supervise les travaux. Et une assistante sociale apporte son aide aux copropriétaires rencontrant des difficultés", précise Souleymane Diallo.

L’enjeu ? Que la copropriété retrouve son autonomie au terme des trois ans du Popac. Autrement dit, qu’elle s’affranchisse de la tutelle de l’administrateur provisoire, qu’elle soit dotée d’un syndic et d’un conseil syndical, que les comptes soient assainis et les travaux entièrement achevés. Enfin, dans un contexte de transformation du quartier, le Popac aidera la copropriété à se repositionner dans le marché immobilier local.

Associer les copropriétaires

En un an, de nombreuses actions ont été mises en place : procédures de recouvrement, travaux de rénovation thermique, formations des copropriétaires au fonctionnement d’une copropriété. "Nous organisons également des réunions d’information et d’échange tous les deux mois. Il est très important d’associer les copropriétaires à notre travail pour qu’ensuite, ils prennent le relai dans la gestion de leur copropriété", affirme le chef de projet. D’abord réticents, les copropriétaires se sont finalement laissés convaincre de l’intérêt des opérations réalisées.

Résultat, "nous avons atteint la plupart de nos objectifs pour la première année, constate Souleymane Diallo. Pour la rénovation du bâtiment, nous sommes même en avance puisqu’elle sera terminée en février 2019". Malgré tout, la deuxième année du Popac s’annonce chargée avec, au programme, la poursuite de la réduction des impayés, la mise en œuvre de projets visant à créer les conditions propices à la sortie de l’administrateur provisoire et la réalisation de travaux privatifs (mise aux normes de l’électricité, remplacement des ballons d’eau chaude...).