Accès rapide : contenu | navigation | recherche |
Agence nationale de l'habitat (ANAH)
ImprimerEnvoyer
Actualités

À Montpellier, l’Anah et l’Anru s’associent pour un projet de rénovation ambitieux

Photo C. O Sughrue / ACM Habitat

En décembre dernier, le président de la Métropole de Montpellier, la directrice générale de l’Anah et le directeur général de l’Anru ont signé un protocole de préfiguration pour la rénovation de deux quartiers. Ce projet ambitieux, qui s’élève au total à 3,6 millions d’euros, doit permettre d’affiner le projet urbain à contractualiser d’ici 24 mois.

 

 

Deux quartiers de Montpellier font l’objet d’un nouveau programme national de renouvellement urbain : le sud du quartier Mosson, reconnu d’intérêt national (PRIN) et Les Cévennes, reconnu d’intérêt régional (PRIR). Une réhabilitation de grande ampleur dans laquelle l’Anah et l’Anru (Agence nationale de rénovation urbaine) s’associent. Objectif : établir un projet global de rénovation urbaine.

"Nous agissons en partenariat avec l’Anru de sorte que les biens des copropriétaires privés retrouvent de la valeur alors que l’environnement autour d’eux est amené à évoluer", a précisé Blanche Guillemot, directrice générale de l’Anah. La signature du protocole de préfiguration, le 16 décembre dernier, a donné le coup d’envoi du projet. Plusieurs scénarios seront étudiés dans les prochains mois, avant la phase principale de travaux qui devront s’étaler entre 2019 et 2026.

Des Popac pour 10 copropriétés

Le quartier de la Mosson, dont la moitié de l’habitat est social, avait déjà fait l’objet, dans sa partie nord, d’un premier programme pour la rénovation urbaine (PRU), entre 2007 et 2013. La réflexion porte, cette fois, plus particulièrement sur la partie sud de ce quartier, dans laquelle se trouve notamment le Grand-Mail, son épine dorsale, mais aussi le stade, une piscine olympique et d’autres équipements. Des travaux ont déjà été anticipés, comme la réhabilitation d’une résidence de 278 logements publics. Cette partie de la ville comporte notamment plusieurs copropriétés fragiles ou dégradées, sur lesquelles l’Anah interviendra. Huit d’entre elles font l’objet de programmes opérationnels de prévention et d’accompagnement en copropriété (Popac). Ils permettront d’établir des diagnostics multicritères, des stratégies de redressement et de définir quels seront les futurs outils d’intervention.

Dans le quartier des Cévennes, l’accent sera mis sur le parc privé. L’Anah va ainsi agir sur plus de 900 logements à travers deux Popac. D’autres logements pourront être accompagnés par l’Agence dans le cadre du programme Habiter Mieux. Ce travail sur l’habitat s’accompagnera, là encore, d’une réhabilitation urbaine avec une recomposition des espaces extérieurs. Le protocole prévoit par ailleurs de redynamiser l’entrée du quartier en renforçant et pérennisant l’offre commerciale. Au total, sur ces deux quartiers, ce sont près de 2 000 logements qui pourraient bénéficier des aides de l’Anah.